La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

PARIS EN JUIN

3 Commentaires

Tract distribué par les militants CGT

Roger-Viollet doit vivre !

Après avoir quitté la manifestation, je remonte à pied la rue du Renard, zigzague autour de Beaubourg, traverse le Sébasto pour m’enquiller dans des rues montantes dont je sors à Strasbourg-Saint-Denis pour m’engouffrer dans le métro car le boitier est maintenant retombé en mode coma dépassé. Back home.

Rétropédalage sur berge

Beaubourg

Elégance urbaine rue Montorgueil

Rue Greneta

Rue de la Lune

C’est la crise du lait : les médias sont là

Passage du Grand Cerf

 

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

3 réflexions sur “PARIS EN JUIN

  1. Bon… la question est primordiale… l’art est rentable principalement pour ceux qui suivent la mode et grassement pour les marchands et galeristes… qt à la question si l’artiste, doit vivre comme un Tanguy… je ne le pense pas, mais je pondère mon avis concernant les artistes compulsifs qui doivent avoir un soutien permanent… Mon humble avis : Un travail extérieur (sans rapport avec l’art) nourri les muses et soi-même – permet d’être + indépendant… le choix de vivre en communauté d’artistes ne convient pas aux solitaires… Et le cas des artistes femmes diffèrent en ce point : elles doivent associer leur travail artistique et caler leur inspiration entre les corvées ménagères et l’éducation des enfants, ont rarement un atelier où elles peuvent s’exiler (je parle de celles qui ne vendent pas ou peu), et doivent faire avec! contrairement à un homme… beaucoup à dire! En gros, il n’est jamais rentable pour l’artiste, rien à changé! sf les arts folklos… sympa pour eux. Le plus souvent – y’a d’heureuses et rares exceptions – ce sont les artistes maudits qui ont laissé des traces les plus marquantes, reconnus trop tard ou après leur décès… ceux qui avaient des choses à dire, pas les suiveurs-copieurs… ça fait du bien, ils durent éternellement ou presque!
    La culture maquée par l’Etat… génère parfois de drôles de rejetons!
    Fonctionner avec les autres artistes : chez moi ils ont trouvé un truc : Exposer en groupe ds n’importe quelle salle (louées aux soldeurs etc…), ce qui évite les frais excessifs des galeries. On ne peut plus vendre sans se mettre ensemble (le temps du mécène perso est passé depuis des lunes).
    Les sites de vente d’art sur le net sont une solution, aucun artiste reconnu ne m’a dit si ça marchait… Formules intéressantes ? car certaines galeries ferment, malgré la qualité des expos, d’autres perdurent!

  2. Quelque chose à l’horizon concernant le travail, cher Walter ? je m’inquiète… j’espère que malgré les vacances qui engendrent une futilité béate chez nos concitoyens, vous ferez des rencontres fructueuses et qu’il y aura du travail à la clef… je ne peux qu’espérer… Bonnes salutations et Big bizzzz ! B

    Provenance : Courrier pour Windows 10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s