La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

SI PAUL EMPLOI M’ETAIT COMPTE….

2 Commentaires

Il est question de réformer Paul Emploi et d’en faire un organisme plus performant pour faire baisser l’effrayant chiffre du chômage. Enfin, LES chiffres car entre les diverses catégories on finit par s’y perdre un peu…

Monsieur Lalouze, que nous avions un peu perdu de vue ces derniers temps, a connu Paul Emploi lorsqu’il se nommait ANPE. En ces temps reculés deux entités cohabitaient. ANPE et Assedic ( ta mère). En général les deux organismes n’étaient pas au même endroit, histoire de faciliter les démarches des demandeurs d’emploi. A l’époque, Monsieur Lalouze se souvient que, fraichement licencié d’un emploi, il avait attendu plus de huit mois pour que le montant de ses indemnités journalières soit correctement établi. Il faut reconnaître qu’un règle de trois c’est vachement compliqué à poser… Pour finir, le chef de l’agence Assedic, excédé par les gueulantes de monsieur Lalouze qui depuis des mois tentait d’obtenir un rendez vous avec lui, était enfin sorti de son terrier en demandant ce qui se passait, avait fait entrer monsieur Lalouze dans son bureau où il avait enfin calculé le montant juste en 30 secondes. Lorsque monsieur Lalouze lui fit observer que cela faisait huit mois qu’il se bagarrait aux guichets pour que ce calcul tout simple soit fait, les gars marmonna que « C’était à cause de l’informatique ». Une excuse qui passait encore au début des années 90.

Premier contact assez rugueux donc. Deux décennies plus tard, retour à la case chômage. C’est vachement plus moderne. On est plus demandeur d’emploi, on est candidat. C’est ludique. C’est dématérialisé. Monsieur Lalouze a un identifiant et un mot de passe pour accéder à SON espace personnel. Cela fait cinq ans qu’il dispose de ce pied à terre virtuel où il lui est arrivé de recevoir le compte rendu d’un entretien fictif avec son conseiller, des courriers et surtout les cases où l’on s’actualise tous les mois. Parce que si tout le monde est candidat, tout le monde ne gagne pas. C’est un peu comme la Française des Jeux mais sans les gros lots. La moitié des candidats ne touche pas un rond. Les autres s’actualisent et reçoivent leurs indemnités journalières jusqu’à ce qu’ils arrivent en fin de droits. Le pays des droits de l’homme a quand même ses limites et, si la république aime ses enfants, il y a un moment où elle les laisse plonger parce qu’il ne faut jamais oublier qu’il y a beaucoup plus de chômeurs que de postes à pourvoir. La page d’accueil de Paul Emploi affichait fièrement il y a un an de cela « Plus de 180 000 offres d’emploi ! ». C’est pas mal mais franchement insuffisant pour remettre en selle plusieurs millions de « candidats »…

Alors, comme il n’y a pas assez de travail et qu’il faut bien occuper les candidats, il y a les entretiens avec les conseillers.

( NB : les conseilleurs ne sont pas les payeurs comme dans le Corbeau et le Renard) , les contrôles et, pour les plus chanceux, des ateliers. Les formations pas bidons c’est plus difficile à obtenir, mais les ateliers c’est facile. ça sert pas forcément à grand chose mais ça occupe le chômeur qui a l’impression que l’on s’occupe de lui.

 

Travaille ton « pitch » camarade candidat ! Le nouveau monde est là devant toi…

Monsieur Lalouze a participé à un atelier « rédaction de CV » ( Oui, c’est un bon CV, mais la police de caractères est trop grosse, maintenant la tendance c’est Helvetica en corps 11 grand maximum. Faudrait faire plus aéré, etc… ) . Monsieur Lalouze a entièrement refait son curriculum vitae, tendance et tout et tout. Hélas, le seul truc qu’il ne peut pas changer c’est son âge. Et dans ce doux pays, sur le marché de l’emploi, passé 45 ans on commence à sentir le faisandé, alors Lalouze et ses 60 piges au compteur, vous pensez bien que…. Son conseiller lui a d’ailleurs dit un jour « Bah, ne vous inquiétez pas! Vous au moins vous êtes proche de la retraite… ». C’est vrai mais faut quand même bouffer en attendant d’y arriver. Et pour parvenir à la retraite, monsieur Lalouze doit déjà trouver le moyen de ne pas se noyer dans la Bérézina des fins de droits.

Merci monsieur Paul Emploi de nous aider à ne pas sombrer dans la paresse…

Au début, Monsieur Lalouze a eu droit à un « accompagnement personnalisé » qui consistait en une série de rendez-vous avec des « accompagnateurs » et un programme de « retour à l’emploi ». Avec, bien sûr, des ateliers CV où l’on regarde les polices de caractères, des conseils très pertinents ( « Et Jobi-Joba.com vous êtes inscrit ? » ) . Un beau jour Monsieur Lalouze s’est trouvé devant sa « conseillère » qui l’accueillit ainsi : « Monsieur Lalouze, comment allez vous ? Je suis très contente : je viens de trouver un travail ! ». Pas pour lui, bien sûr. Pour elle. Monsieur Lalouze en déduisit que ce qu’elle était censée faire dans cet organisme privé qui siphonnait les fonds de Paul Emploi pour « accompagner les chômeurs dans leurs démarches », n’était pas considéré par elle comme un travail. Ce en quoi elle n’avait pas tout à fait tort.

Monsieur Lalouze a également été convié à un atelier « pitch ». Animé par une personne se présentant comme cadre travaillant dans le marketing : « Vous êtes une marque ! un produit ! Il faut que vous vous vendiez »…. Monsieur Lalouze se sentit d’un coup comme le baril de lessive que la ménagère veut pas lâcher, comme un petit bout de viande sous plastique perdu au fond du rayon « main d’œuvre en promotion ». Déprimant.

Une seule fois, monsieur Lalouze s’est bien amusé. C’était un atelier. Encore un. Il fallait rédiger une lettre de motivation pour répondre à une petite annonce. Monsieur Lalouze a répondu à l’annonce d’un pape du porno en France qui recherchait un attaché de presse. Dans sa lettre il détaillait son intérêt pour le poste ( je connais très bien vos produits), mettait en avant ses qualités spécifiques pour ce poste ( depuis toujours j’adore élargir le cercle de mes relations… Envie d’être un membre actif au sein de l’équipe, etc…). Une belle bafouille bien cochonne au second degré. Arrive le jour où le « manager » de l’atelier lance le « débriefing » ( ils aiment bien les termes en « ing » dans les ateliers ) . Monsieur Lalouze lit la petite annonce sans que personne ne réagisse au nom de l’entreprise, puis sa lettre de motivation. Il a eu du mal à la lire jusqu’au bout sans se marrer. Et là, réaction de l’animatrice de l’atelier « Mais elle est parfaite cette lettre ! Vous pouvez l’envoyer direct à cette société… ». Monsieur Lalouze se demanda s’il était convenable d’expliquer que la boite en question produisait du porno et qu’il ne se voyait pas trop évoluer dans ce milieu. Et puis, voyant l’air épanoui de l’animatrice, laissa tomber.

Alors, les réformes de Paul Emploi, monsieur Lalouze, un peu goguenard, n’en attend pas grand chose. La seule fois où on lui a proposé un emploi, c’était pour garder un entrepôt à 80 km de son domicile. Dans une zone où le taux de chômage est au taquet. Pourquoi ne pas recruter un gars sur place ? Mystère… Ou alors c’est la ruse ultime pour faire baisser les chiffres du chômage. Proposer à chaque candidat deux ou trois offres pourries afin de pouvoir le rayer des listings s’il n’accepte aucune des ces « propositions raisonnables ». Rigolez pas, c’est peut-être ce qui se passera bientôt.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

2 réflexions sur “SI PAUL EMPLOI M’ETAIT COMPTE….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s