La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

UNE ENVIE DE BONHEUR POUR TOUS

1 commentaire


Ce n’est pas ma cité va craquer, c’est le pays entier qui va va exploser si on ne se calme pas.
Depuis dimanche, un mauvais vent souffle sur la France, cette France que deux candidats nous assure vouloir soigner parce qu’elle est malade. Leurs diagnostics sont différents et les remèdes proposés également. C’est un peu la querelle des médecins dans le Malade Imaginaire : l’un ne jure que par la purge et l’autre par la saignée. Mais il sont d’accord sur un point : le malade n’a pas vraiment son mot à dire. Il est trop mal en point pour cela et il n’a pas les diplômes requis pour se lancer dans l’automédication.

De quoi souffre le pays ? Car souffrance il y a c’est indéniable. J’ai dialogué avec des gens qui vont voter pour la saignée, j’ai également discuté avec des partisans de la purge. J’ai aussi eu des échanges avec ceux qui, se méfiant de ces deux médecins, refusent la purge tout comme la saignée. Nous avons encore cette possibilité de pouvoir exprimer nos opinions et j’espère bien que cela durera encore longtemps.

La mondialisation est là. On ne peut pas le nier. Le reste du monde existe avec ses attraits mais aussi ses tensions. Je ne crois pas que c’est en enfermant le malade dans sa chambre qu’il guérira. Ceci dit, pour être plus concret, ceux qui perdent leur boulot en province n’en ont rien à battre que l’on puisse utiliser la 4 G dans le RER et à Roissy Charles de Gaulle. Le progrès c’est bien, mais quand il consiste à regarder passer des trains dans lequel on ne peut pas monter, il est logique que les charmes des terrasses parisiennes avec leurs chaufferettes en hiver et les « happy hour » à 4 euros la pinte énervent le chômeur qui vit dans une petite ville où l’usine locale ferme, où les commerces baissent le rideau pendant qu’ailleurs on mange bio parce que c’est plus sain. Le fauché bouffe ce qu’il peut se payer, c’est à dire la gamme premier prix dans le supermarché du coin. Une bonne partie du discours « éthique » tenu par des gens qui grattent trois ou quatre fois le SMIC ne passe pas auprès du petit peuple qui se rend compte que depuis des décennies on se paie sa fiole. Les beaux discours se brisent sur la triste réalité. Je repense à Brecht qui dit que « d’abord bouffer, ensuite vient la morale ». Formule aussi lapidaire que juste.

Mais bon, nous sommes en période électorale et maintenant qu’il ne reste plus que deux candidats, il faut taper fort et on tombe dans un truc bien binaire. Noir ou blanc. On ne fait pas dans la nuance. Il faut des « images fortes » comme on dit. La première victime c’est l’intelligence. Une pensée intelligente nécessite un peu de temps pour être développée. Et dans ce monde où tout s’accélère, c’est le triomphe du slogan. De la réduction du discours construit en petite phrase supposée faire mouche. Le règne des snipers et des porte-flingues.

La France va mal me dit on. Nuançons le propos : certains souffrent beaucoup, d’autres moins. On oppose, toujours le tempo binaire, les riches aux pauvres, les villes à la campagne, ceux qui savent aux supposés crétins, les intellectuels aux manuels, le cerveau aux muscles. Comment voulez vous que le pays s’en sorte ainsi ? Le problème du moment c’est que plus de sept millions d’électeurs ont voté pour un parti qui se targue de « remettre la France en ordre », à coup de pied au cul s’il le faut, en fermant les frontières, en quittant cette Europe maléfique pour revenir à l’époque bénie du franc. Nous consommerons français pour redresser la nation. sauciflard et pinard obligatoires pour retrouver nos racines et dégoûter les musulmans et les juifs qui ont corrompu le pays. Une fois que nous aurons retrouvé nos racines celtes tout ira bien, nous assurent les dirigeants de ce parti alliant le nationalisme à un zeste de social. S’il est à peu près établi que lesdits dirigeants sont des manipulateurs crapuleux et qu’il existe un noyau dur de militants racistes et antisémites, on peut espérer que le reste des électeurs de ce parti s’est échoué ici par désespoir ou par méconnaissance, ce qui permet d’envisager un avenir commun pour peu qu’on cesse de les ignorer. Renouons le dialogue et donnons leur envie d’autre chose.

Il est vrai que, depuis quelques décennies, on nous a consulté par referendum avant de s’asseoir sur le résultat de la consultation, qu’à droite comme à gauche on nous a promis des tas de trucs qui n’ont pas marché où qui ont été oubliés le lendemain des élections. Pragmatisme et real politik nous dit on. Tromperie et foutage de gueule rétorquent ceux qui sont dans la soute alors que sur le pont promenade des premières on se goberge. Un symptôme du mal est l’accroissement indiscutable des inégalités qui ne peut, à la longue qu’entrainer une révolte de ceux qui perdent leur boulot pour que les actionnaires puissent toucher leur dividende. OK, je simplifie, c’est bien plus compliqué et quelques braves intellectuels m’expliqueront que c’est inéluctable, qu’il faut payer le prix de ce changement sociétal et autres pompeux discours tenus par des mecs qui ont le cul au chaud entre une maison d’édition et un plateau télé.

Les plus démunis ont la rage, qu’ils soient insoumis, sous-mariniers ou sans étiquette. Quant tu ne peux plus payer ton loyer, ta bouffe ou la cantine de tes gamins, tu as envie d’aller foutre le feu au château et de couper la tête au petit marquis poudré qui se fiche de ton sort. C’est humain. Les plus riches ne sont pas tous des monstres et les pauvres ne sont pas tous des saints mais un truc est sûr, quand t’as faim et que tu peux pas bouffer, regarder les autres faire les fines bouches en s’en mettant plein la lampe, ca ne dure qu’un temps. Arrive le moment où tu balances un pavé dans la vitre du restaurant. C’est un peu ce qui vient de se passer au premier tour.

Il va falloir repenser pas mal de choses, revoir les priorités. Ce pays est un des plus riches de la planète : en répartissant un petit peu mieux la bouffe, le fric et les efforts on doit s’en sortir. Mais tous ensemble. C’est le grand défi qui est devant nous. Que personne ne dorme dehors sauf s’il en exprime le désir profond, que tout le monde mange à sa faim, que chacun puisse croire ou ne pas croire en ce qu’il veut aussi longtemps qu’il n’emmerde pas les autres avec ses croyances, que l’on rassemble au lieu d’exclure. Ouais je sais que ce n’est pas évident mais c’est bien le seul truc intéressant à faire sur cette terre, non ? Tout le reste c’est de la couille en barre.

 

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Une réflexion sur “UNE ENVIE DE BONHEUR POUR TOUS

  1. Il faut dire les choses clairement et simplement.
    La mondialisation est une mise au pas du monde par le capitalisme.
    Il n’existe plus de lieux, de territoire où le capitalisme n’impose ses dogmes :
    toute activité n’est que le fait d’un capital privé qui doit être rentable.
    rentable c’est produire une rente au propriétaire du capital.
    rentable c’est un profit à plus de 10% sinon rien.

    La mondialisation c’est trouver des territoires où le rendement du capital est suffisant.
    Sinon rien.
    L’inévitable baisse des rendements du capital est telle que le capital n’a plus de nouveaux territoires.
    Il impose alors son pouvoir de coercition, il joue au casino sur les monnaies, sur les actions, sur les ressources, sur tout, ..
    Les populations, les territoires, l’air, l’eau, la mer, la terre sont des ressources.
    Le capitalisme dévaste la planète et l’humanité.

    Après avoir compris cette situation, on regarde comment fonctionne par exemple la France.

    Il existe en France quelques protection des personnes contre l’esclavagisme naturel du capitalisme.
    Ces protections ont été créées au fil du temps. Code Hamourabi loi de 36, … 35heures
    Depuis quelques années, disons depuis Maastrich, ces protections sont détruites petit à petit.
    Une regression lente vers plus d’esclavagisation, de la fluidité du travail. En gros le capitalisme tente d’atteindre la situation des Etats-Unis : un pays de pauvres qui massivement sont esclaves et pauvres. Ou le chomage, (le vrai pas les chiffres) est de masse, la misère d’un pays qui profite d’une masse de travailleurs corvéables à merci.

    Quand les protections de survie diminuent, quand les promesses de l’UE ne sont pas tenues :
    On promettait moins de chomage et un meilleur équilibre entre les nations.
    Or le chomage augmente et les différences entre pays et intra pays augmentent. Tout le contraire ! Ce n’est pas anecdotique .

    Ces faits objectifs sont niés, au mieux ignorés.
    L’ultime et seul argument des néolibéraux était : ‘regardez l’espérance de vie n’arrête pas d’augmenter, c’est la preuve que le capitalisme est bon’. Cet argument entendu souvent, est une saloperie. En quoi un autre ‘Système économique’ n’aurait pas les mêmes effets ? C’est se moquer du monde de dire cela, c’est l’argument ultime des plus médiatisés et sérieux défenseurs de ce néolibéralisme.

    Alors le PS, LR promettent que plus d' »efforts » sont necessaires ! Cela veut dire plus de contraintes et de risques pour les personnes sans capital. Travaillez plus !
    Après l’explosion de la productivité cet argument est une demande d’esclavagisation, travaillez plus pour nous gaver. Ce ne peut être que cela.
    Ou encore, regardez, là-bas, le travail ne coute rien, donc ici pareil, crevez au travail ici, ou bien nous partons.
    Ce chantage à la survie est insupportable dans un pays qui s’impose les principes de démocratie.

    Le capitalisme est la plaie de la planète, de l’humanité, du vivant.

    Donc il faut reprendre le pouvoir.
    Ceci passe par des lois de précautions. Le pouvoir du capitalisme vient exclusivement de l’accumulation d’argent.
    C’est la principale chose à contrôler, pas bien compliqué sur les principes.
    un peu plus dans la pratique.
    le reste c’est de la poudre aux yeux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s