La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

VOTEZ DUR, VOTEZ MOU, MAIS VOTEZ DANS LE TROU.

4 Commentaires

Nous voici à J-5… Dimanche soir, nous saurons à quelle sauce nous allons être accommodés. Ces élections, pour atypiques qu’elles soient, ne dérogent pas à la tradition. On a eu droit aux débats télés où les candidats, maquillés comme des voitures volées, se sont assassinés à coups de petites phrases, ce qui fait toujours plaisir au téléspectateur ; mais qui permet surtout d’éviter le débat de fond qui, s’il avait lieu, lasserait le public qui en fait est là pour le spectacle. On a eu droit à des grands meetings, pleins de drapeaux et de banderoles qui donnent l’impression d’être dans un stade de foot en demi-finale de Coupe du monde, entouré de supporters tifosi  militants (même étymologie que « milice » ou « militaires) prêts à en découdre à des niveaux plus ou moins assumés d’intolérance vis à vis des medias ou des « abrutis » qui ont pour tort principal de ne pas penser comme eux.

Sur les fameux réseaux sociaux, c’est pire encore. On s’engueule, on s’insulte et on partage des vidéos plus ou moins truquées, des infos plus ou moins bidons. C’est la fête à Neuneu qui, planqué derrière son écran, jubile en traitant d’enfoirés tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, la fête aux anonymes qui savent tout mieux que personne et donnent des leçons d’intelligence parfois inintelligibles. Ensuite, on s’étonne qu’un tiers du corps électoral ne sache pas encore pour qui voter.

Cette indécision est peut-être le signe d’une certaine maturité politique. Pas mal d’électeurs sont conscients que, quel que soit celui (ou « celle » mais là j’ai comme un blocage) qui sera nommé(e) à l’Elysée, les choses ne changeront que superficiellement. Les fauchés continueront à ramer, même si les plus « à gauche » promettent des miettes plus grosses du gâteau et que les « à droite » se préparent à faire baisser les chiffres du chômage en éjectant les chômeurs quitte à les mettre à la rue. Les plus riches, de toute façon, s’en sortiront toujours, leur fortune les mettant à l’abri de ce genre de danger. Si cela devient trop « partageux » pour eux, ils se tireront ailleurs avec leur pognon. Mais gageons qu’ils resteront ici, se contentant de mettre leur magot à l’abri dans un paradis fiscal. Les candidats n’ont pas de baguette magique et le désenchantement sera à la hauteur des attentes. C’est pour cela que je n’attends pas grand chose de ces élections qu’on nous annonce pleines de surprises.

Cette campagne aura au moins permis de montrer l’hypocrisie de quelques candidats. De Fillon l’honnête homme qui gratte tout ce qu’il peut pour entretenir son manoir et qui s’en sort tout juste avec plus de 20 000 euros par mois, à Marine le Pen qui prétend être pour le strict respect de l’autorité mais refuse de se rendre aux convocations policières ou judiciaires, en passant par le fumeux Macron pour qui, de toute évidence, la présidence n’est qu’un tremplin vers une carrière à l’international, la coupe est pleine.

Derrière, les « petits candidats » en profitent pour flinguer à bout portant. Poutou se sera au moins payé Le Pen et Fillon à une heure de grande écoute. Merci pour lui. Lasalle, bien sympa avec son béret, incarne cette France rurale que les citadins contemplent depuis l’autoroute, Arthaud dévide la litanie du capitalisme mortifère et nous chante les bienfaits des soviets version Potemkine car chacun sait qu’une usine dirigée par un conseil ouvrier ne pollue pas alors que lorsqu’elle est aux mains du grand capital elle rejette des tas de saloperies. Rien de nouveau sous le soleil. Sauf que nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus croire qu’il suffit de changer la tronche du président pour « changer la vie ».

Il nous reste encore cinq jours pour dessiner des moustaches et marquer des conneries sur les panneaux électoraux et puis l’expression du suffrage universel (sauf les étrangers qui vivent ici depuis des décennies, bossent et paient leurs impôts, malgré le fait qu’on leur promet le droit de vote depuis…. 1981) sifflera la fin de la récréation. Les salariés retourneront au boulot, les chômeurs à leur précarité, les riches à leurs dividendes.

Lorsque je lis les différents programmes, je me souviens avec un brin de nostalgie de ce bon vieux slogan de  mai 68 qui exigeait « l’imagination au pouvoir ». Un demi-siècle plus tard, on cherche désespérément des fragments d’imagination dans tous ces foutus programmes qui tiennent plus du saupoudrage et de la retape putassière que de la feuille de route. Quand de surcroit, on sait que nombre de points sont juste là pour attraper une fraction de l’électorat, qu’il s’agisse de la suppression de telle ou telle taxe, de l’interdiction ou de la légalisation du pétard, de la sortie ou non de l’Europe…. Et qu’une fois élu, on nous jouera la classique et vieille rengaine de « l’héritage catastrophique légué par le précédent gouvernement » avec le refrain du « réalisme : J’voudrais bien mais j’peux point « …. Alors, à défaut d’imagination créative, on chatouille l’électeur du côté de l’imaginaire. L’une prétend nous faire avaler que si on fout à la porte tous les étrangers ( en commençant par les plus basanés) et que l’on ferme les frontière pour rester entre gaulois pur porc, tout ira bien comme autrefois, au bon vieux temps de l’OAS de papa, quand on pouvait casser du nègre, du pédé ou du raton au nom de la nation et en toute tranquillité. Le village gaulois d’Astérix avec la potion magique du FN, un cocktail composé d’un quart Vichy et de trois cars de flics. Un vrai bonheur. Sinon, on a Bolivar et Pécuchet en hologramme, Cheminade et les extra-terrestres, Tintin chez les Soviets… Quel panard !

D’autres nous expliquent qu’il suffit de dépouiller les riches à l’aide de quelques lois et décrets comme si les grosses fortunes n’étaient pas déjà à l’abri. Et, si d’aventure, on jouait cette carte là qui plait toujours aux petites gens qui, trop souvent, rêvent d’être riches avec les jacuzzi et les jets privés pour aller d’une résidence secondaire à une tertiaire ou une quaternaire, il n’est pas dit que cela apportera le bonheur à tout le monde. S’il est vrai qu’une certaine droite m’insupporte avec sa justification de l’inégalité et son mépris des plus faibles, il est tout aussi vrai que partout où l’on a vendu aux gens le « pouvoir du peuple » cela s’est accompagné de passe-droits, de confiscation abusive, d’internements plus ou moins justifiés, d’interdictions diverses et variées et de l’émergence d’une nomenklatura, forcément bienveillante et éclairée, pour diriger ce peuple pas si malin que cela. Il faut relire 1984, mais aussi et surtout « La ferme des Animaux » de Georges Orwell pour comprendre que les cochons sont parmi nous et se méfier de leurs tours.

On nous gave avec le vote « utile » mais parfois j’ai le sentiment qu’il existe également un vote « inutile » consistant à nous laisser choisir ceux qui, forts de leur « légitimité » iront sans état d’âme caler leurs fesses dans le trône élyséen sans oublier d’installer leur cliques aux postes clés. Vous l’aurez deviné, je ne sais pas pour qui voter. Alors pas de consigne électorale, que chacun se démerde et on verra bien ce qui sortira des urnes. Quitte à ériger des barricades si c’est brun et que ça pue.

Fondamentalement, la vie est ailleurs que dans ces empoignades qui évoquent plutôt les jeux du cirque qu’un réel débat démocratique où chacun écouterait l’autre, quitte à mettre son égo de côté, pour essayer de trouver une solution commune satisfaisante pour tous. On en est pour le moment fort éloigné…

Advertisements

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

4 réflexions sur “VOTEZ DUR, VOTEZ MOU, MAIS VOTEZ DANS LE TROU.

  1. Cré vingt dieux d’vingt dieux, j’aurais bien aimé écrire ça, tiens !
    Puis-je le mettre en ligne sur Médiapart (en te citant, et en mettant le lien oeuf corse ?
    Et j’ai depuis quelques mois une question : comment fait-on pour te contacter ?
    Passque j’aimerais bien t’acheter une photo ou deux…
    Voilà voilà…
    Salut et fraternité !

  2. Salut,perso,pour la dernière fois,je voterai pour celui qui promet le moins pire.christian.

  3. moi je r’garde pas les infos que les photos… de Riccardo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s