La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

LE FILLON, LE CANARD ET LE BAMBOULA

2 Commentaires

16508211_1211179278935888_1432456058757017376_nC’est une semaine bien remplie qui touche à sa fin. Comme tous les mercredis, le Canard Enchaîné a publié de nouvelles informations sur la PME Fillon, une petite entreprise familiale méritante où tout le monde a un travail, parfois même deux emplois plein temps simultanés, bref, un exemple pour tous ces fainéants d’assistés qui jalousent la PME Fillon et son château, manoir, sa modeste demeure, une belle réussite où l’on ne chôme pas et où l’on sait activer son réseau à bon escient.

On ne sait pas encore à l’heure actuelle ce qu’il en est de la réalité de ces emplois mais il est certain qu’ils n’ont pas été rémunérés de manière fictive. 100 000 euros versés par la Revue des Deux Mondes pour deux trois fiches de lecture, qui dit mieux ? Le virtuel c’est bon pour les croquants à qui l’on fait croire qu’en imprimant eux mêmes les factures qu’ils sont invités à régler et à conserver, ils contribuent à sauver la planète alors qu’ils contribuent surtout à supprimer le budget courrier de ceux qui leur réclament de l’argent pas virtuel pour un rond. L’écologie pour les cons au logis. A fuir comme la peste.

Pour en revenir à nos moutons, la très pieuse famille Fillon, doit prier avec ferveur pour que la grippe aviaire dézingue ce fichu canard qui se déchaine. Si l’on songe que 800 000 volatiles ont été abattus dans le Sud-Ouest, c’est un peu rageant de constater l’éclatante bonne santé de cet insolent volatile qui de surcroit voit ses ventes s’envoler depuis qu’il met à nu les petits arrangements de la PME Fillon. Sans oublier les combines d’une autre PME familiale, la Le Pen et Compagnie qui, depuis le retrait stratégique du couple Balkany, se pose en rivale de la Maison Fillon pour le détournement de fonds et l’opacité financière.

Comme nous sommes en période pré-électorale, tous ces braves gens enfilent leur déguisement de citoyen(ne) normal(e), jurent qu’ils n’ont rien fait d’illégal, qu’ils respectent la loi et l’électeur de base. On les voit s’exhiber dans des endroits où ils font semblant de s’intéresser aux problèmes des petites gens, dans des usines, sur les marchés… Comme disait le regretté François Béranger dans Magouille Blues, chanson consacrée aux élections : « Ils iraient jusqu’à nous montrer leur cul ». Dieu nous préserve de telles atrocités.

44c7e55d-9f01-4002-bd91-15f2d320615a

Un viol particulièrement douloureux …. Le poids des mots, le choc des matraques.

Et puisque l’on parle cul, cela nous amène tout naturellement à cette vilaine affaire d’Aulnay-sous-Bois où un jeune policier bien noté de sa hiérarchie affirme sans sourciller que c’est accidentellement qu’il a enfoncé dix centimètres de sa matraque dans l’anus d’un jeune forcément récalcitrant. Sans entrer dans les détails anatomiques, la thèse de l’accident semble peu plausible sinon impossible. Dans un édito, Le Monde, un canard pas trop déchainé, constate que « Au bout du compte, la France est le pays d’Europe où la confiance de la population dans sa police est la plus faible et où la défiance des policiers envers les citoyens est la plus forte ». Ce qui nous promet encore quelques « bavures » comme on dit en parlant de blessés graves ou de décès suspects. Et ce n’est pas la sortie douteuse d’un policier ( porte parole d’un syndicat de police considéré de gauche ! ) , déclarant sur un plateau télé que traiter un noir de « bamboula » lors d’un contrôle restait dans le domaine du convenable qui calmera les esprits.

16681952_10208474028477298_3503165445155871200_nBref, une semaine chargée avec du virtuel côté emplois chez Fillon et au FN et du réel plutôt hardcore côté matraque. Affaires à suivre. On peut compter sur le Canard Enchaîné pour creuser tout ceci. Ce qui est rassurant, c’est qu’un simple hebdomadaire de huit pages, sans site web, sans « alarmes » sur smartphones, sans recette publicitaire, parvienne à faire trembler quelques puissants qui ont l’arrogance de se penser intouchables. Il y a là une dimension qui m’enchante.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

2 réflexions sur “LE FILLON, LE CANARD ET LE BAMBOULA

  1. « L’écologie pour les cons au logis. A fuir comme la peste. »
    ou à fuir comme la poste
    La Poste qui fait de la com sur le développement durable,( voitures électriques, timbre vert…) mais ce qu’elle ne dit pas, c’est qu’elle ferme de plus en plus de bureaux, et le facteur qui auparavant faisait sa tournée à vélo, se retrouve dans un centre courrier situé à 30 bornes ( et est donc obligé de prendre sa voiture pour s’y rendre) et fait sa tournée en voiture, quant aux usagers, pardon, les clients, ils sont obligés de prendre leur caisse pour aller retirer un recommandé parce que le bureau du village a fermé…

  2. Et les bureaux de poste où on trouve 5 guichets « Banque postale » et une longue queue sur l’unique guichet pour récupérer les colis, acheter des timbres ( en oubliant la philatélie)…. Et une rangée de machines pour affranchir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s