La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

PENELOPE F. ET LA REVUE DES DEUX MONDES

1 commentaire

Le dernier numéro de la Revue des Deux Mondes, paru le 17 janvier, contient un dossier titré fort opportunément « De quoi Fillon est il le nom ? » . C’est Franz-Olivier Giesbert, alias FOG l’embrumeur, qui répond : « Il synthétise les trois droites: légitimiste, orléaniste et bonapartiste. » C’est aussi beau que Bonaparte au pont d’Arcole et si l’on n’est pas rassuré par cette Sainte Trinité bien à l’aise dans ses mocassins à glands c’est à désespérer.

260x419x805x500-jpg-pagespeed-ic-oyk07ny77l

Cette vénérable publication tire à 8000 exemplaires et compte 5000 abonnés. On peut s’étonner qu’un mensuel aussi confidentiel se permette de rémunérer quelqu’un 5000 euros par mois pour des « conseils éditoriaux » dont on peine à trouver la moindre trace et deux ou trois « papiers » qui devaient être exceptionnels au vu de leur coût. Entre 2001 et 2010, lorsque j’étais rédacteur en chef d’une modeste revue qui tirait à 16 000 exemplaires, les pigistes du magazine travaillaient pour 100 euros le feuillet et, bien que confortablement payé, je n’ai jamais dépassé les 3200 euros net par mois. Ce qui me mettait déja dans la case des bons salaires par rapport à la moyenne nationale. C’est vous dire à quel point les barreaux de l’échelle des salaires servent de petit bois pour allumer des feux.

Actuellement dans une passe délicate, chômeur de plus de 60 ans, ex-journaliste détenteur de la carte de presse n°76010, je me demande si je ne vais pas postuler pour faire don de ma plume et de mon indéniable talent à cette revue si généreuse avec ses pigistes. 100 000 euros pour quelques papiers, c’est nettement au-delà du tarif syndical qui est actuellement de 70 euros le feuillet quand on arrive à placer une pige.

En fait, comme on m’a expliqué chez Paul Emploi, tout est question de réseau. « Activez votre réseau car c’est le meilleur moyen d’accéder au marché caché » m’a dit un conseiller. Décortiquons donc le réseau de la Revue des deux Mondes. Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire du titre, est un milliardaire philanthrope et amateur d’art. Accessoirement, c’est un ami de François Fillon. La directrice générale de la revue, Valérie Toranian, après avoir tenue la rubrique beauté de Elle, en est devenue rédactrice en chef, puis directrice de la publication. En 2014, elle quitte le magazine Elle pour rejoindre la Revue des Deux Mondes. Et son compagnon c’est FOG. Ces deux là ont au moins la légitimité d’être de vrais journalistes, même si l’on est pas forcément d’accord avec leur ligne éditoriale.

Un article du Monde, en 2015, pointait que « depuis, exactement, que Valérie Toranian, ancienne directrice du magazine Elle, en a repris les rênes – la revue modérée a pris un drôle de tournant, servant à ses lecteurs des plats particulièrement relevés avec des interventions ou interviews d’Eric Zemmour, Michel Onfray, Michel Houellebecq, Régis Debray : c’est un festin du pessimisme prophétique et réactionnaire. Les couvertures agressives et la mise en scène des dossiers ne font pas dans la dentelle, ­tirant la revue vers la polémique à l’arme lourde (…) Franz-Olivier Giesbert, ancien directeur du Point, compagnon à la ville de Valérie Toranian et ami du propriétaire de la revue Marc ­Ladreit de Lacharrière, a fait irruption en mars au comité de rédaction de façon specta­culaire puisque, aux dires de témoins ­effarés, ce fut pour FOG l’occasion d’une grande bouffée d’anti-intellectualisme ponctuée par ce mot d’ordre : « Il faut arrêter d’en­culer les mouches. » ­Lancée dans l’un des lieux les plus policés du débat ­intellectuel français, la phrase a fait sensation. »

Ceux qui l’ont approché reconnaitront là le côté hussard du bonhomme. Les mouches en rigolent encore…

Néanmoins, vu ma situation financière, je postulerai volontiers car, même si nous n’avons pas les mêmes cibles, moi aussi je préfère l’arme lourde à la dentelle. Hélas, lors d’un remplacement au service photo du Point, il y a de cela quelques années, je me suis embrouillé devant une table lumineuse ( c’était encore l’époque des diapos ) avec mister FOG au sujet d’une photo d’ouverture pour un article « destinations ». J’avais retenu pour un article consacré à Zanzibar, une photo où de petits enfants noirs jouaient sur la plage. Et FOG n’a pas aimé la photo. Illustrer Zanzibar avec des noirs, quelle idée bizarre…

Donc ma candidature est vouée à l’échec. C’est dommage car la revue des Deux Mondes , qui ne semble pas touchée par la crise de la presse, offre – et de très loin – les meilleurs salaires de la profession. De plus, j’ai un peu peur qu’une lecture, même superficielle de ce blog, me desserve auprès de cette rédaction plutôt conservatrice et marquée à droite.

Il ne me reste donc plus qu’à subsister tant bien que mal jusqu’à ce que ma bonne étoile me sorte du trou où je suis enfoncé actuellement. Ma déontologie m’interdit d’accepter un emploi fictif et c’est dommage car ils sont en règle générale beaucoup plus lucratifs que les vrais boulots et laissent pas mal de temps libre.

 

 

 

 

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Une réflexion sur “PENELOPE F. ET LA REVUE DES DEUX MONDES

  1. La Revue des deux mondes est un très vieux machin qui a toujours été trèèès profondément réac et conservateur. Giscard y était détesté quand il était président : vraiment beaucoup trop à gauche ! C’est pourquoi je me suis amusé à demander à F Fillon le 06 de Marco L de L. Mon seul pseudo vaut déjà programme… ;o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s