La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

FACE A LA GRIPPE, LE POUVOIR S’AGRIPPE

1 commentaire

La star du moment dans les médias c’est la grippe. On sort tout juste de l’aviaire avec l’extermination de 800 000 canards dans le Sud-ouest qu’on nous affole déja avec la H1n4= x ( ca change de nom chaque année parce que c’est jamais le même virus et chacun sait que les trucs qui changent de nom c’est pas bon ). Je tiens à vous rassurez tout de suite : le virus H1n4b2 (il a encore muté depuis le début de l’article) ne nous obligera pas cette année à exterminer 800 000 connards pour sauver les citoyens d’élevage élevés au grain, bio-éthiques et tout et tout.15493463_10208023122164922_6881644618909845100_o-copieCeux là pourront donc participer aux primaires( ben oui, après les primaires de droite, v’la les primaires socialos qui débarquent pour nous demander de choisir leur candidat parce qu’ils sont pas foutus de se mettre d’accord entre eux, d’où ces élections pour savoir qui sera candidat à l’élection). C’est un peu comme l’image sur les portions de Vache qui rit sauf que les politiciens sont des vaches qui ne rient pas.

Donc la grippe à la une. Reportages dans les maisons de retraite, alarmes ministérielles ( lavez vous les mains et la queue en sortant des cabinets – votre cerveau c’est nous qui le lavons et tout va bien), les urgences débordées, la ministre de la Santé MST ( ben oui ce sont ses initiales ) qui s’alarme – ca fait toujours son petit effet quand un ministre s’alarme ; la sale gueuse de grippe qui s’en prend aux vieux, quelle lâcheté ce virus, en plus même pas aux vieux cons bourrés aux as qui nous exploitent, plutôt aux petits vieux sympas qui demandent rien à personne et regardent la télé en mangeant leur soupe. Donc ce virus, en plus d’être lâche parce qu’il s’attaque aux plus faibles, est un virus totalement dépourvu de conscience de classe puisqu’il ne s’attaque pas systématiquement aux vieux radins qui s’agrippent à leur fortune.

L’avantage c’est que pendant que l’on parle de la grippe ( et puis aussi des alertes verglas-soyez-prudents-si-vous-prenez-la-route ) on évite les sujets qui fâchent : Médecins sans Frontières qui gueule car à Paris des flics trop zélés prennent les couvertures des migrants qui dorment dehors, les mêmes migrants qui se pèlent le jonc sous la neige en Serbie ou en Grèce ( on s’en fout c’est pas chez nous )…. Ici la neige, on en veut plein les montagnes pour que les gros cons puissent mettre des chaines sur leur 4×4, qu’ils aillent au ski claquer leur pognon, bouffer des raclettes, acheter des fringues fluos pour être visible en cas d’avalanche… Le « fun » et la glisse !

Le migrant n’a plus la cote. Le sans abri non plus. Ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes et à leur look déprimant. Pas glamour pour un rond. Des barbes de hipster, mais mal taillées, des fringues pas fashion du tout et ne parlons pas de l’hygiène. Ces gens se laissent aller. Et puis on ne va pas plomber l’ambiance juste au moment des soldes alors qu’on vient de partager la galette des rois et que les actionnaires, comme chaque année, ont eu la fève et ont laissé les miettes aux autres. Il faut relancer l’économie! Alors positivons et cachez ce clochard que je ne saurais voir. On exhorte les masses laborieuses – où ce qu’il en reste – à dépenser leurs derniers biftons dans des fringues, du hi-tec, en exerçant le seul petit pouvoir merdique qui leur a été concédé – et encore avec parcimonie : le pouvoir d’achat.

14379700_1084805934888856_3134599035850477239_o-copie

Ensuite nous sommes invités à choisir un primaire à qui nous confierons le pouvoir tout court. Le pouvoir de se plier devant les puissants et d’enfoncer les faibles, le pouvoir d’appuyer sur le bouton (retenez moi les mecs où je fais un malheur), le pouvoir de promettre des trucs les yeux dans les yeux et de faire le contraire une fois élu.

L’imagination au pouvoir ? Ca fait 50 ans qu’on attend. Ce qui est grippé c’est le cerveau des dirigeants, mais aussi les neurones de la base. Ca fait masse et on a beau invoquer le Siècle des Lumières, l’époque est sombre. Reste le rêve d’autre chose, d’un truc moins mercantile, plus léger et plus généreux. Mais pour l’heure, ce sont les épiciers et les bouchers en gros qui tiennent la boutique et cela se sent.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Une réflexion sur “FACE A LA GRIPPE, LE POUVOIR S’AGRIPPE

  1. tout va bien : Ricardo le Coq ne peut être confondu avec un pigeon!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s