La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

LES CONFESSIONS D’AL LE BORDELAIS

Poster un commentaire

alain-juppe-et-jacques-chirac-1_5573143

Quand j’étais le bras droit du Grand Jacques… le bon vieux temps.

Bonjour, n’ayez pas peur même si j’ai pas l’air très marrant. Mon blaze c’est Al le Bordelais. Pour les jeunots qui connaissent pas l’histoire, j’étais dans la bande du Grand Jacques, celui qu’avait Paname à sa pogne. Moi je m’occupais de sa comptabilité. Le Grand Jacques l’avait dit devant tous les autres : « c’est le meilleur d’entre nous ». Et il avait raison. J’étais le meilleur pour maquiller les comptes et ca aurait pu durer encore longtemps si les fouille merdes du Canard Enchainé n’avaient pas déterré deux trois histoires à la noix. A mon avis, on m’a balancé. Des babioles par rapport à ce qui se passait derrière, mais cela a suffit à me faire plonger. J’ai quand même écopé de 14 mois de prison avec sursis et d’un an d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêts dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Les babioles
Alain Juppé bénéficiait depuis 1990 d’un appartement de six pièces rue Jacob dans le 6ème arrondissement de Paris pour seulement 14 500 francs par mois. Un appartement du domaine privé de la ville de Paris, rénové aux frais du bailleur. Pour un autre appartement municipal de 88m2, toujours rue Jacob, le loyer est de 6.913,28 francs. Juppé, alors adjoint aux finances de la Ville, vise la note et rectifie: loyer «arrondi à 6.000 francs». Or, l’heureux destinataire de ce trois pièces, n’est autre que son fils. En outre, pour que le nouveau locataire soit confortablement installé dans les lieux, la Ville a fait procéder à 381.390 francs de travaux. Sur cette même note, Juppé écrit de sa main: «accord pour les travaux». Nous sommes en janvier 1993. Les choses se précisent en avril: une note du chef de cabinet de Jacques Chirac, à la Mairie, indique: «J’ai l’honneur de vous informer qu’il y a lieu d’attribuer le logement de trois pièces de 88m2 situé au troisième étage de l’immeuble communal rue Jacob à Paris VIe à M.Laurent Juppé.» La boucle est bouclée. Le Canard apporte également quelques précisions sur le coût de la rénovation du 181m2 avec terrasse occupé par le Premier ministre, ainsi que du studio qu’occupait Laurent Juppé avant d’emménager dans son trois pièces: la note, au total, selon une estimation des services municipaux, s’est élevée à 1.100.914 francs. (source : Libé)

alain_juppe_in_washington_dc_croppedEn 2016, un journaliste pose cette question à Al le Bordelais :  « Les Français ont des difficultés à se loger et les loyers sont chers. Faut-il poursuivre l’encadrement des loyers mis en place à Paris et prévu dans d’autres agglomérations ? ». Le Bordelais, droit dans ses bottes, flanche pas devant le pisse-copie : « Non. Il faut mettre un terme à cette malheureuse expérimentation. Bloquer les loyers à la relocation c’est bloquer le marché de l’immobilier. Comment voulez-vous attirer des investisseurs en leur expliquant qu’il faut baisser leur rentabilité locative ? » Costaud le gonze, non ? Mais rendons lui la parole :

Après avoir fait l’ENA et avoir taffé un bref moment à l’Inspection des Finances, j’allais quand même pas me retrouver en Centrale, faut pas pousser. Surtout que les comptes truqués et le blé qu’on avait fauché, j’en ai pas vu la couleur. Tout partait dans les fouilles du Grand Jacques. Mais bon, nous les Landais, on sait la boucler. On est des taiseux. Tout le contraire des Hollandais ou de ce qu’il en reste dans ce pays à plat qui est le notre. Bref, j’ai été obligé d’aller me faire oublier au Canada vu que c’était un peu chaud pour moi à Paname. J’étais pas tricard mais presque.

Après avoir passé deux ans au pays où tout commence par un Q et finit par un bec, comme dit Charlebois, je suis revenu en France pour m’installer tranquille à Bordeaux où l’ancien taulier venait de casser sa pipe et j’ai repris l’affaire. Mais là, quand je vois comment tout le monde est prêt à se flinguer pour mettre les mains sur le pognon pays, j’ai décidé d’y aller aussi. Un moment j’étais tenté par Venise, et puis je me suis dit qu’on devrait jamais quitter Bordeaux, et puis… merde, je vais quand même pas laisser l’autre nain malfaisant revenir aux manettes ! Comme je disais au journaliste de l’Express : « Mon grand défaut, c’est l’orgueil. J’ai une assez haute idée de ma personne, de ce que je peux faire, de ce à quoi je peux être utile. »

Mon programme est simple : retrouver le bonheur et la confiance. La confiance croyez moi je connais : j’en ai même abusé autrefois. Et puis cette histoire mesquine de loyer prouve au moins mon attachement à la famille, cette cellule de base qui est à la Santé du pays ce que Balkany est à Levallois-Perret. Inoxydable.

Je trouve que le Code du travail et les lois sont trop compliqués pour les tauliers. « C’est pourquoi je propose d’instituer un « droit à l’erreur » pour les entreprises dans leurs relations avec les URSSAF. Et dès le début de mon mandat, je lancerai la réforme des retraites, avec un âge de départ relevé à 65 ans d’ici à 2026 et des retraites progressivement alignées entre le public et le privé ». (discours d’Al le Bordelais à Rennes le 19 octobre 2016).

La retraite de Al le Bordelais

Alain Juppé, qui milite depuis des années pour l’allongement de la durée de cotisation des fonctionnaires, au moins à quarante ans, vient de faire valoir ses droits à la retraite d’inspecteur des finances après… trente-huit ans et trois mois ! Le Président de l’UMP se défend en affirmant qu’il ne fait qu’appliquer la loi. Et c’est exact : bien qu’il ait peu fréquenté l’Inspection des finances, Alain Juppé a pu cotiser en tant qu’élu détaché de son corps d’origine. Les cotisations sont calculées sur la base du traitement qu’il aurait touché s’il était resté à l’Inspection des finances, en tenant compte de l’avancement à l’ancienneté. Théoriquement, la retraite ne peut être prise qu’à 60 ans, mais il existe une dérogation pour les élus en cours de mandat, qui ramène la barre à 50 ans ! (…) Lorsque la procédure de liquidation sera achevée, la retraite d’Alain Juppé devrait atteindre 3 654 euros par mois. A cela s’ajoutent ses indemnités de maire (1 261 euros), de président de la communauté urbaine (1 219 euros) et de député (5 522 euros) de Bordeaux. Toutefois, ces trois indemnités sont plafonnées par la procédure d’ « écrêtement » à une fois et demie l’indemnité de base de député, c’est-à-dire 7 775 euros. La retraite de fonctionnaire, en revanche, est pleinement cumulable. Le revenu global de Juppé atteindra donc 11 429 euros mensuels ( source : Le Point 24/01/03
 )

salon-eurosatory1
Et pour ceux qui se complaisent dans le chômage j’ai quelques idées : « Il faut que l’incitation au retour à l’emploi soit réelle. C’est pourquoi je propose, si les partenaires sociaux ne prennent pas leurs responsabilités, une dégressivité de l’allocation-chômage. Il faudra aussi, dans l’intérêt de tous, mettre en place un contrôle accru. Nous y parviendrons aussi en appliquant la tolérance zéro contre les abus et contre la fraude (sic!) . l’ensemble des aides sociales sera plafonné, ce qui évitera de procurer un niveau de vie supérieur à celui du travail. » (discours d’Al le Bordelais à Rennes le 19 octobre 2016)

Vous m’avez compris. Je suis un dur, même si j’ai l’air d’un gars plutôt tranquille. Votez pour moi et je vous mettrai moi aussi une belle droite dans la tronche. Mais une droite apaisée, limite humaniste car j’ai beaucoup appris lors de mon exil canadien. Alors chantez avec moi car mon programme « c’est un petit bonheur
Que j’avais ramassé
Il était tout en pleurs
Sur le bord d’un fossé
Quand il m’a vu passer
Il s’est mis à crier:
«Monsieur, ramassez-moi,
Chez vous amenez-moi ….

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s