La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

MISTER LALOUZE BLUES

Poster un commentaire

Monsieur Lalouze a le sentiment qu’une bonne partie de l’humanité déraille. C’est peut-être la vieillesse qui s’installe sournoisement, mais il regrette que l’idiot du village qui parlait à la lune se soit converti en idiot du village global qui propage des rumeurs d’un simple clic à l’aide de son Smartphone qui lui donne la trompeuse sensation de tout savoir. L’idiot du village global vit grâce aux nombreuses applications qui lui sont proposées par d’habiles margoulins. Elles lui permettent de se déplacer à travers des villes inconnues sans demander son chemin, le regard rivé sur l’écran, ce qui fait qu’il ne voit rien d’autre.

poster-planete-terreBien sûr il arrive que l’idiot du village global soit déçu. Il existe des lieux terrifiants, sans couverture. Et notre idiot, privé de connexion, redevient un triste con tant il est vrai que l’intelligence lorsqu’elle est artificielle, n’est qu’un placebo qui, malgré sa prétention à régir nos vies, ne vaudra jamais un cerveau humain bien rempli.

L’intelligence, la vraie, c’est ce qui continue à marcher lorsqu’il n’y a plus d’électricité. Il faut relire « Ravages » de Barjavel pour comprendre à quel point notre civilisation basée sur le virtuel est devenue un colosse aux pieds d’argile. Autrefois, nos aïeux reprisaient leurs vêtements, fabriquaient eux-mêmes des tas d’objets, connaissaient les plantes et savaient intuitivement qu’ils n’étaient que des fétus de paille face à la nature. De nos jours c’est une arrogance imbécile qui tient lieu de certitude à des blaireaux pour qui Wikipedia est l’alpha et l’omega de la connaissance. Nous ressemblons de plus en plus à ces animaux de laboratoire qui appuient sur le bon bouton pour faire tomber la nourriture dans la mangeoire. L’humanité oublie son lien avec la nature, rêve cyborg, transhumanisme et autres plans sur la comète… Pourtant, si l’homme a besoin de la nature, la nature n’a pas besoin de l’homme. L’oublier peut s’avérer mortel à moyen terme.

Detroit_Photographic_Company_(0524)

150 ans auparavant….

Aujourd’hui, nous ne savons pratiquement plus rien faire de nos dix doigts, à part cliquer pour acheter des engins que l’on jettera pour acheter le nouveau modèle forcément plus performant, mais qui lui aussi finira par se péter. Pas grave. Grace à mon écran tactile je peux en racheter un autre depuis mes toilettes. Et puis il y a le recyclage, ce truc magique qui nous permet d’avoir bonne conscience. Pas de souci, c’est recyclé. Continuons donc à acheter et à jeter puisque tout ceci est intégré dans un cercle vertueux, comme on dit. Monsieur Lalouze y voit plutôt un cercle vicieux. Les entreprises de recyclage ont intérêt à traiter des quantités de plus en plus importantes, donc le gaspillage leur sied bien au teint.

Monsieur Lalouze constate qu’en Afrique, en Asie, chez les prétendument sous-développés, on est capable de réparer tous ces objets que l’on jette chez nous. A ce niveau on peut se demander qui sont les sots. Ou plutôt on ne se pose plus la question. Monsieur Lalouze se dit que les barbares sont en Occident et que l’espoir est à chercher chez ceux qui savent encore faire quelque chose de leur dix doigts, ceux qui réparent, ceux qui s’appliquent sans applications, ceux qui utilisent leur intelligence sans avoir besoin d’un serveur pour comprendre le monde où ils vivent.

Pour autant la technologie n’est pas à rejeter. Elle fait merveille dans bien des domaines. Hélas, on subit surtout ses aspects les plus mercantiles et les plus crétinisants. La solution réside probablement dans un équilibre raisonnable entre science et conscience. C’est ainsi que nous parviendrons tous ensemble à mieux vivre sur cette si belle planète.

Vivre ensemble sans se taper dessus…. Seul objectif décent.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s