La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

STRANGE DAYS

Poster un commentaire

« Strange days » chantait Jim Morrison vers 1968. C’est ce que je ressens au lendemain de la grosse manifestation d’hier et des scènes de violence qui ont mis tout le monde au pied du mur. Je dois confesser que ce n’est plus de mon âge de péter des vitrines. Néanmoins, je dois revenir sur ce que j’ai écrit ce matin.

DSCF6744

Rien à foot …

En effet, après avoir passé la journée à m’informer, je constate que le gouvernement n’hésite pas à mentir dans les grandes largeurs. Et si je ne suis pas de tout cœur avec ceux qui bousillent les lamentables abribus qui n’abritent guère, je peux comprendre leur rage. S’offusquer comme Marisol Touraine, riche héritière, des quelques vitres pétées sur un hôpital alors qu’elle est en train d’exiger une réduction conséquente du budget consacré à la santé publique est une belle hypocrisie. Elle peut toujours affirmer que «les économies doivent s’entendre non pas comme une réduction des dépenses mais comme une évolution maîtrisée de l’augmentation des dépenses», le vécu du personnel hospitalier se passe de commentaires. Lorsque le premier ministre déclare le lendemain que l’hôpital Necker a été « saccagé », il ment comme un arracheur de dents et c’est indigne.

Maintenant, l’exécutif voudrait faire porter le chapeau des débordements à la CGT et menace à demi mots d’interdire les manifestations. Ca commence à faire beaucoup. Ces messieurs nous balancent en force une loi mal branlée dont personne ne veut. Le patronat parce qu’elle serait vidée de sa substance et une bonne partie de la population parce que, honnêtement, on a un peu de mal à croire que c’est en affaiblissant les droits et les protections des salariés et en facilitant leurs licenciements que l’on créera des emplois. Au mieux, on créera des emplois bancals, précaires, où l’entreprise pourra faire bosser les gens bien au delà de 35 heures lorsque elle aura du boulot à donner à ses salariés et pourra les virer plus facilement lorsque ca ira moins bien. Il faudra un jour m’expliquer où est le progrès social dans cette histoire. Le mouvement depuis quelques décennies consiste à dépecer les services publics, fourguer les bons morceaux au privé et à rallonger la durée de cotisation pour une retraite à taux plein puisqu’il paraît qu’on vit plus longtemps de nos jours. Les nouveaux rois sont les sacro saints actionnaires et les requins du CAC 40 qui nous font pleurer en expliquant qu’ils gagnent beaucoup moins d’argent que leurs homologues anglo-saxons. Sortez vos mouchoirs…

DSCF6624

Après le mur des cons…

Pour avoir une retraite à taux plein, il faut bosser 43 ans. Donc commencer très tôt. C’est à dire en bas de l’échelle. Au final, après une vie de labeur, on pourra prétendre à une retraite de type Bérézina pendant que les coquins qui nous gouvernent se goinfreront en cumulant leurs émoluments après avoir passé des décennies nourris, logés, blanchis au frais des contribuables. Le roi est nu. Les gouvernements n’ont plus que le pouvoir d’envoyer les forces de l’ordre péter la gueule à ceux qui refusent ce nouvel équilibre qui voit les travailleurs s’appauvrir, les classes moyennes s’enfoncer et les plus riches s’enrichir encore sur notre dos. Au programme, la décroissance pour la plupart et l’accumulation ubuesque des richesses pour une petite oligarchie qui contrôle les médias, histoire de s’assurer que l’information reste en de bonnes mains. On nous parle de cercle vertueux pour mieux nous entuber. L’ironie c’est que tout ceci se passe avec un gouvernement dit de gauche. L’horreur c’est que ces gars là sont presque sympas si l’on regarde les programmes à droite.

DSCF6668

Un panneau qui résume bien la situation, hier sur l’esplanade des Invalides

Ne nous étonnons pas si une partie de la population, sentant se refermer les mâchoires du piège, s’agite et tente de briser l’étau de façon brutale. Les gouvernants trouvent violent un arrachage de chemise mais saluent le retour à l’équilibre d’une boite, même si cela fait au détriment des travailleurs virés pour réduire la « masse salariale », unique variable d’ajustement imaginée par les « décideurs ». L’actionnaire est heureux, c’est l’essentiel.  La longue litanie des plans sociaux, la fin de « l’état providence » comme on dit… Mais si un état n’est pas providentiel, il n’est plus là que pour servir les intérêts des puissants et pour réprimer les mouvements d’humeur de la base. Alors on nous agite sous le nez toutes sortes de peurs : le terrorisme, le vandalisme, le fait divers crapuleux… On nous bombarde de nouvelles destinées à nous fragmenter le cerveau, de divertissements crétinisants présentés par de sinistres animateurs sans âme,  pour mieux nous glisser quelques publicités dans l’inconscient. Un virus qui bloque le logiciel…

En même temps, tout en écrivant ca, j’entends dehors les cris extatiques des spectateurs d’un match de foot à la télé du bistrot d’en bas… Je doute 13344780_1234466356571536_6674819900699155405_nparfois très fort de la « sagesse populaire » quand je vois combien les gens sont manipulables, quand je vois comment on peut retourner l’opinion publique en deux temps trois mouvements. En bas, des gens déboussolés et au dessus des petits marquis cramponnés aux ors de la République et à leurs prérogatives. Pas très bandant.

Je rêve d’une révolution des esprits, d’un monde de partage et de don, d’un monde où la nature serait respectée. Et je sens que ca va être très difficile d’y arriver lorsque j’entends l’hystérie en bas lorsque la balle s’approche des buts adverses.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s