La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

UN VENDREDI A PARIS

Poster un commentaire

La journée commence en beauté. Un modèle, des assistants et tout le bazar. C’est pas pour moi mais voilà, ils sont dans l’espace public alors je m’autorise une photo sympa pour commencer la journée.

DSCF3667

Démarrer la journée en beauté, c’est important.

DSCF3687

Atmosphère, atmosphère…

Huit heures plus tard, je ressors du musée et décide d’aller jusqu’à la fameuse canopée des Halles. La première impression c’est que ce temple du consumérisme, maintenant que la ville de Paris a vendu l’espace, n’est plus tout à fait aussi ouvert qu’auparavant. Aux entrées, des vigiles avec de beaux coupe vents « Forum des Halles » contrôlent les sacs avant de laisser passer. Les enseignes s’affichent et, à l’intérieur, coté RATP, la station est toujours en chantier. Qu’importe puisque les boutiques sont neuves. On voit bien le sens des priorités. Le business avant le transport.

Je rentre, je mange et puis décide d’aller voir ce que devient Nuit Debout à République. A première vue, la révolution est soluble dans la pluie et la fraicheur. Ce soir pas d’orchestre symphonique, juste les teufeurs et la techno. Ca sent l’herbe. Je continue vers l’autre bout de la place. Pas grand monde. Soit la ferveur retombe, soit les vacances sont passées par là. Je me promène un peu mais c’est plutôt tristounet ce soir.

DSCF3737

Nuit debout version humide…. Il y a déja moins de monde.

Retour vers le boulevard Magenta. Les policiers sont à l’entrée de la place et contrôlent les passants, les vélos, tout ce qui se déplace autrement qu’en voiture. On sent la fatigue. Le café brille de tous ses feux. Dans un abri bus, je revois la petite gamine en veste rouge qui m’avait tiré par la manche sans un mot mais en me tendant un gobelet pour que j’y mette une ou deux pièces jaunes. Je n’avais rien sur moi et elle était repartie en silence.
La petite, sept ou huit ans à tout casser, n’a pas eu grand succès. Personne n’a donné. Ni les teufeurs, ni les Nuit debout. C’est ce qu’elle explique – du moins je le déduis de ses gestes – à ses parents qui attendent avec son petit frère. La tristesse m’envahit. Pour eux c’est nuit debout sans avoir le choix car il n’y a aucun refuge, pas d’endroit chaud pour passer la nuit, pas d’autre abri que cet abribus ouvert à tous les vents. Derrière eux, les teufeurs et les militants, de l’autre côté, les flics qui filtrent les entrées.

DSCF3769

Un passant : « Nuit Debout c’est quoi ce truc là ? »

Je trouve un distributeur, sors un billet de dix. Trop fauché pour faire mieux. Un tabac pour faire de la monnaie. On y vend des petits cigares au détail. J’en prends un, récupère ma monnaie, repasse le filtrage policier et vais voir la petite famille. La fillette est repartie faire la manche. Je file un billet de cinq et le petit cigare au père qui me remercie. Le petit frère m’explique par gestes que sa sœur essaie de trouver un peu d’argent. Ce sont des roumains. Ils parlent juste quelques mots de français. On se regarde, se sourit un peu et puis chacun repart dans son spleen.

DSCF3778

Un avenir militaire ?

Le métro. Les affiches arrachées. Un arrêt brusque « en raison de la présence d’une personne sur la voie ». La misère d’un vendredi soir sur la ligne 4. A Marcadet, le fumeur de crack est sur le même banc que tout à l’heure. Je rentre et, une fois chez moi, repense à la petite famille rom qui passe la nuit dehors à République. J’espère au moins leur avoir donné un peu de chaleur humaine en plus de ce foutu billet.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s