La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

« EN MARCHE » OU CREVE…

1 commentaire

Il se passe plein de trucs en ce moment. Un groupe informel de citoyens tente d’élaborer une constitution, un jeune et sémillant ministre lance un nouveau mouvement politique ouvert à tous, le canal de Panama a une grosse fuite.

Hélas, le liquide ne coulera pas jusqu’à vos chétifs comptes bancaires… Grande semaine. Mais à bien y réfléchir, les grands déséquilibres mondiaux sont ils menacés ? Pas plus que cela. Le pognon circule toujours à toute vitesse, les gens se lèvent le matin pour aller travailler, les guerres suivent leur cours, la faim et la pauvreté aussi. La faune et la flore continuent de morfler, des espèces disparaissent mais on s’en fout : les plantes et les animaux ne votent pas et n’achètent rien. Peuvent crever.

Et nous les humains ? Peuvent crever aussi. Pourtant chacun de nous détient une parcelle de pouvoir. Certes elle n’est pas bien grosse, mais si on la multiplie par le nombre d’habitants sur la planète, le pouvoir n’est pas seulement « en haut », mais aussi en bas.

Ce constat posé, que peut on faire concrètement ? Tout foutre en l’air comme on pourrait être tenté de le faire n’est pas une solution. A moins d’avoir des propositions décentes pour organiser la vie en société et être moins brutal avec la nature. Bien sûr, la tentation est grande d’aller caillasser les banques et les policiers. Cela défoule mais ne pourra qu’entrainer des réactions de plus en plus brutales des pouvoirs en place qui, lorsqu’ils se sentent acculés, n’hésitent pas trop à sortir les grands moyens.

Revenons un peu sur l’actualité. Il faut lire la presse et aussi les commentaires des lecteurs pour voir assez vite que le mouvement citoyen de la place de la République se fait pourrir par la France profonde. La France profonde trouve ce rassemblement superficiel et attend patiemment que le chahut se calme, que l’Euro démarre, et puis Roland-Garros, le Tour de France et les vacances. La France profonde grommelle qu’elle bosse et que ceux qui sont debout toute la nuit feraient mieux de travailler le jour. La France profonde, comme beaucoup de pays riches, n’aime pas trop que l’on remette en question son mode de vie. Elle considère que pour administrer le pays, il n’y a qu’à voter pour élire un président qui nomme un gouvernement et roule ma poule. On a fait la révolution il y a plus de 200 ans, on a raccourci le roi, la reine et quelques emmerdeurs et depuis, que voulez vous, avec des hauts et des bas, c’est comme ca et basta. Faut faire avec. Et puis si faire la 6ème République c’est juste remplacer des fripouilles par des gredins, ce sera un peu du cinéma comme Rambo 6 ou La Reine des Neiges 2… La France profonde se veut lucide et responsable. Halte à la chienlit et laissez nous remplir nos caddies en paix chaque samedi que le bon dieu fait, au lieu de nous casser les pieds avec vos utopies à la noix.

Rue de Lyon-1 - copie

On se réfère aux Siècles des Lumières sans savoir qui a éteint en sortant. Aujourd’hui, les lumières, blafardes, bleuâtres, sont celles des écrans. On les distingue derrière les rideaux lorsque l’on se balade la nuit dans les rues.

Les gens gueulent, exigent des listes avec les noms de tous ceux qui se sont compromis dans le bourbier panaméen. Je n’aime ni les listes, ni les mouvements lancés par des hommes politiques en place. Ce qui me choque dans l’affaire panaméenne, ce n’est pas que Machin ou Tartempion plaque son pognon, c’est que malgré les discours vertueux tenus depuis l’an 2000 par les états, rien n’a été fait pour bousiller cette machine. La lessiveuse tourne à fond et l’indignation populaire n’y changera rien. Les banques qui, d’une main, facturent le moindre mouvement au menu fretin, engrangent des fortunes de l’autre via des succursales et des sociétés-écrans. Mais il est extrêmement rare qu’un patron de banque aille en prison. Le Monopoly est bien contrôlé.

Autre « actualité », le lancement par monsieur Macron, ex-assistant d’un philosophe, ex-salarié d’une banque d’affaires et actuel ministre des finances lance un mouvement . Ce malin qui surfe sur l’air du temps, nous explique que « En marche » ( c’est le nom du bidule) n’est ni de gauche, ni de droite. Il veut nous faire marcher ou quoi ? Pour avancer, il faut un pied gauche et un pied droit. Sinon on rampe. Je me demande comment « En marche » va avancer sans prendre son pied. Mais peut être que « En marche » n’est qu’un marchepied pour accéder à l’étage supérieur. Le ministre du Pognon dit qu’il n’a aucune envie de poser sa candidature pour 2017. Il a raison. C’est encore un peu tôt et il est un peu jeune. En revanche, il est plus que probable qu’il prend date pour les prochaines échéances, à 5 ou à 10 ans.

On prévoit des frémissements, le printemps sera chaud, le grand soir arrive, etc… Mais comme dirait Zazie dans le métro : « changement mon cul ! ». Plusieurs raisons à cela. Les rapaces qui s’enrichissent n’ont aucunement l’intention de changer leur façon de faire. On ne va quand même pas se faire chier à être honnête pour subventionner l’oisiveté de la racaille. Et puis je vais pas renoncer à mon train de vie sous prétexte que des centaines de millions d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable. D’ailleurs, puisque vous m’en parlez, c’est très intéressant, cette histoire d’accès à l’eau potable. Un marché à prendre. Tout est bon pour faire du fric que l’on ira ensuite planquer sous un nom d’emprunt dans des endroits discrets.

Martyrs - copieL’impôt c’est pour les cons. L’application stricte de la loi c’est pour les pauvres. Simple question d’échelle. Sommes nous totalement impuissants face à cette monstruosité que nous avons laissé s’installer sur nos épaules ? N’est il pas grand temps de scruter attentivement notre mode de vie ? Il paraît que les deux secteurs économiques d’avenir sont le transport et le tourisme ( la guerre est hors concours malgré d’assez belles performances – c’est pas populaire et ca fait peur bien que ce soit un des bizness les plus lucratifs depuis la nuit des temps). Le transport parce qu’il faut bien apporter la bouffe et les produits divers obtenus à bas prix dans les pays les plus pauvres pour les fourguer aux habitants des pays les plus riches. Mamadou bosse pour des clopinettes dans la plantation et c’est nous qui bouffons le chocolat. Et si jamais Mamadou a des états d’âme, on lui enverra l’armée où la police locale, formée et équipée par les pays fabricants d’armes. Et si Mamadou arrive chez nous après avoir risqué sa peau, il est « migrant » et la police balancera ses maigres possessions dans une poubelle avant de le renvoyer chez lui.

Et le tourisme dans tout ca ? Ben, dans les pays les plus riches, comme on a déjà pas mal de trucs, on s’ennuie. Les vacances au Camping des Flots Bleus c’est ringard et tout juste bon pour les crevards. Alors pour tromper son mal de vivre, et aussi pour les palmiers, la bouffe exotique ( moins bonne que chez nous mais faut admettre que le buffet à volonté c’était chouette), monsieur Prudhomme voyage. Il va en Thaïlande où on lui fera des pipes sans opium, dans des pays pauvres où il ne verra que la plage et un groupe folklorique venu le distraire un soir. Ce tourisme là est destructeur et crétinisant. Mais c’est, parait il,un secteur économique d’avenir.

Alors on peut déjà se contenter d’acheter à bouffer parce qu’il faut bien se nourrir, des vêtements parce que se balader à poil c’est limite, s’assurer un toit parce que vivre dehors c’est pas cool du tout. Se contenter du nécessaire et balancer le superflu. Ne plus se laisser lobotomiser par les publicitaires et les promotions bidons, emberlificotés que nous sommes dans nos sales habitudes. Le café en dosettes est un bel exemple d’attrape-couillons. Cela vous oblige à acheter une machine inutile, fabriquée en Chine ou je ne sais où, puis à acheter du café à prix d’or (regardez le prix au kilo qui est indiqué sur l’affichette). Tout ceci parce qu’un acteur a vendu sa belle gueule pour vous faire croire dans un spot de 30 secondes qu’il viendrait peut-être un jour chez vous boire un petit noir.

Champs Elysées Artcurial - copie

A vendre – faible kilométrage ( l’armement n’est pas compris dans le lot)

Alors, oui les puissants sont parfois puants, méchants, arrogants. C’est vrai. Mais tant qu’il y aura des queues dans les hypermarchés pour acheter de la bouffe pourrie et des trucs importés de l’autre bout du monde, tant qu’il y aura des avions remplis de blaireaux pour aller bronzer comme de grosses merdes dans les pays pauvres, des pics d’audience pour des émissions à la con, des abrutis prêts à passer la nuit dehors devant un magasin pour avoir le nouveau gadget branché avant les autres, tant que cela durera, les puissants pourront dormir sur leurs deux oreilles car nous serons leurs complices passifs.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Une réflexion sur “« EN MARCHE » OU CREVE…

  1. Oh que je n’aime pas cette « France profonde »… qui se fait « mettre profond » par « toujours les mêmes » ;o(

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s