La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

MESSAGE AUX PLANQUES

Poster un commentaire

Un peu dégouté par certains « animateurs » grassement stipendiés qui se livrent à des exercices d’humour assez pitoyables sur les morts, attention pas les innocents, mais les autres, les tueurs. Facile de dauber sur des morts et des gens en fuite, pas très digne d’ironiser sur ce qui s’est passé alors que si on les avait croisé on se serait chié dessus comme tout le monde – Jawad pour déconner ca devrait suffire. Et tout cela le cul au chaud au fond d’un studio. A ces pointures radiophoniques – une certaine S. A. m’a ecoeuré en vannant sur la syntaxe approximative de la cousine d’un des tueurs, je pose juste une question : « Pour aller au boulot ou pour rentrer chez vous, vous prenez un taxi en notes de frais, votre véhicule ou les transports en commun ?

Tout ce « buzz » médiatique commence à sentir le dégueulis. Les appels à l’unité nationale lancés par des planqués au fond des ministères m’énervent. Hier matin, dans le métro, bien serrés tous ensemble tous ensemble ouais, je me disais que c’était toujours les mêmes braves cons qui étaient priés de reprendre leur vie normale, c’est à dire d’aller taffer pour gratter juste de quoi payer les factures et s’il en reste un peu on ira boire un coup en terrasse mais pour le moment on a pas trop le cœur à ca. Certains n’en ont pas les moyens aussi, mais les histrions médiatiques s’en contrefoutent, enfermés dans leur petite bulle confortable et leur « clashs » à deux balles repris sur internet.

Bien entassés dans la rame, on peut se dire :
a/ nous sommes des héros et le peuple n’a pas peur.
b/ si ca pète ou si ca gaze, les cadors qui nous implorent de ne pas avoir peur ne sont pas dans la rame.
c/ tous ces appels à l’union sentent le foutage de gueule.

_DSF0047

Je n’ai pas peur, cela ne sert à rien. Mais je suis en colère après tous ceux qui tentent de gratter quelques bulletins de vote, quelques points dans les sondages, quelques minutes de notoriété à peu de frais sur le dos des morts, qu’ils soient innocents ou aient tous les torts. C’est obscène, facile et dégueulasse.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s