La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

UN CANARD DE 4000 ANS

2 Commentaires

DSCF3918

Ma chaise (extrait)

Un petit passage chez ce bon monsieur Paul. Pas le boulanger. Paul Emploi. Il n’y a pas mieux pour donner envie de travailler. Les murs suent l’ennui, l’attente. L’ennui surtout. Un agent d’accueil est là,  assis sur une chaise. Les deux photocopieurs mis à la disposition des impécunieux sont en panne. Un autocollant précise qu’ils sont « momentanément en panne… » et « que nous mettons tout en œuvre blablabla ». Allez, ce n’est après tout que momentané. On reviendra. Devant moi, un téléphone avec un petit panneau précisant « 39-49 (numéro d’appel général de Paul Emploi) non disponible de ce poste ». Quoi de plus logique. On ne va quand même pas avoir accès aux services de Paul Emploi en décrochant un téléphone installé CHEZ Paul Emploi. Pas fou le Paul. Il sait bien que les gens profiteraient sans vergogne de cette facilité. Les chômeurs on leur donne un doigt et il vous arrachent l’épaule, c’est bien connu.

DSCF3934

L’agent d’accueil se lève et, après un regard panoramique sur la salle, en fait le tour d’un train de sénateur. Je ne fais pas autre chose au Louvre. Assis. Vigilant. Un petit tour de salle pour se dégourdir les jambes. Quelques renseignements, quelques rappels au règlement : « Pas de photos s’il vous plait ». C’est peut-être la seule différence entre lui et moi. Qui aurait l’idée saugrenue de faire des photos chez Paul Emploi ? En l’air, un écran plat sur lequel je peux lire l’injonction suivante : « votre CV doit être clair et présenté clairement ». Dziiiing. Un bug. Le bon plan est remplacé par un « CMG is unreachable.  Please check network or call for assistance» ! OMG LOL MDR. Mayday, mayday…

DSCF3276Je ressors en courant, passe au dessus des anciennes voies de petite ceinture colonisées par des Roms dans la dêche à grand renforts de planche et de carton.Vélo. Métro. En route pour le musée. Mon regard traine et d’un coup se fige. J’ai vu le mot Louvre alors que je m’y rends. Pas en gros sur une affiche, mais en petit sur une feuille que tient une dame debout à côté de moi. En bon pro, je regarde ce qui est écrit. OK. C’est en polonais. J’arrive quand même à lire « Louvre 11 H » et à la ligne suivante « Galeries Lafayette 13 H ». Il y a donc des Polonais qui vont visiter le Louvre en deux heures montre en main ( et même un peu moins puisqu’ils doivent être à 13 H aux Galeries Lafayette où ils vont même manger). C’est écrit « lunch » sur la feuille –  la suite est en polonais alors je ne sais pas ce qu’ils vont déguster ces heureux touristes. Deux heures au Louvre à fond la caisse pour entrevoir Mona Lisa, la Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace, quelques sarcophages et remonter fissa dans le bus qui les vomira devant l’entrée des Galeries Lafayette où ils pourront enfin prendre le temps de regarder de belles choses….

DSCF5314

J’entre, je badge et je vais prendre mon poste. Je repense à l’agent d’accueil chez Paul Emploi. Il surveille des photocopieurs en panne et accueille des chômeurs usés. Je surveille des œuvres d’art et j’accueille des visiteurs que le devoir de réserve ne me permet pas de détailler plus avant. Disons que l’éventail est très large, de l’érudit qui commence ses phrases par un « Vous qui êtes intelligent » annonciateur le plus souvent d’une belle vacherie,  au brave gars qui traverse les salles du musée comme s’il faisait une randonnée pédestre et qui en ressortira tout émoustillé après avoir pris plusieurs centaines de photos dont pas mal de selfies.

DSCF5239

Poids en forme de canard- 2121-21118 av. JC

Bref, je suis sur ma chaise. Vigilance. Devant moi, une œuvre contemporaine de grande valeur ( c’est pour mieux la surveiller que ma chaise est installée juste en face) d’un certain Jeff K. Sur ma gauche un gros canard en granit vieux de quatre mille ans. Un poids mésopotamien aux lignes épurées. J’imagine les hommes qui se sont épuisés à polir ce gros bloc de granit pour en sortir ce canard qui m’évoque les sculptures de Brancusi. Je suis presque sûr que dans quatre mille ans, ce canard là sera toujours présent sur la planète. Je n’en dirais pas autant de l’oeuvre de Jeff K. , infiniment plus périssable que le palmipède. Sic transit gloria mundi.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

2 réflexions sur “UN CANARD DE 4000 ANS

  1. Ton Jeff K. ne serait-il pas — mes dons divinatoires sont infinis — l’un de ces « financial artists » comme les nomment nos voisins d’outre-Manche et nos amis d’outre-Atlantique ? ;o)

    Et, ce qui est bien pratique, c’est qu’on pas besoin de traduire pour nos amis qui ne parlent pas la langue de Mickey.

    Et, ce qui est bien pratique, c’est qu’on pas besoin d’expliquer les raisons qui ont présidé à l’attribution de ce nom.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s