La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

SI PAUL EMPLOI M’ETAIT COMPTE

1 commentaire

J’avais un peu perdu de vue mon vieux pote Paul Emploi : il ne me devait plus d’argent et je travaillais. Patatras ! fin de contrat… retour chez Monsieur Paul.

SDIM0040

Le 23 juillet, muni d’un impressionnant paquet de paperasses ( attestations Assedic, fiche de paie, etc…) je suis passé à l’agence où un jeune homme fort aimable m’a reçu. Bien sûr j’aurais dû me méfier lorsqu’il m’a déclaré sans autre forme de préambule que « ici tout est transparent. Il n’y a rien d’opaque » alors que je venais tout bêtement de lui dire bonjour en arrivant devant son comptoir. Il m’a pris la liasse, a passé un bon moment dessus. Et puis l’imprimante a craché tout un long document que le jeune homme m’a demandé de dater et de signer. Je n’ai pas tout lu et lui ai précisé que j’avais confiance. Peut-être que j’aurais dû me méfier lorsqu’il a gardé les originaux des attestations Assedic mais, bon, il avait l’air si sûr de lui que j’ai simplement demandé qu’il en fasse des photocopies. J’ai daté et signé et le petit gars m’a dit que « le dossier serait traité dans un délai de quinze jours à trois semaines ». C’est l’été, ai-je pensé in petto avant de repartir chez moi.
Aujourd’hui, en l’absence de toute notification comme on dit dans l’administration, je me suis dit qu’il était prudent d’aller de nouveau à l’agence afin de m’informer de l’avance du dossier. Arrivé là-bas, je constate avec joie que les chômeurs ne sont pas légion et que pour une fois je n’aurais pas à attendre. Une dame très gentille me reçoit et m’écoute avant de plonger dans son ordinateur.

SDIM0039

Paul Emploi derrière le bidonville….

– Vous êtes sûr d’avoir déposé un dossier d’indemnisation ? Parce que là je vois bien l’enregistrement des attestations Assedic mais pas de dossier…
– Ah ? Pourtant le jeune homme qui était là m’en a imprimé un que j’ai daté et signé. Il a tout repris et m’a dit que c’était bon comme ca.
– Ecoutez, je ne trouve aucune trace du dossier, je vais aller voir s’il n’a pas été perd….. (elle s’arrête). Euh, enfin, je vais regarder.
Elle se tourne vers son collègue qui occupe la place où j’ai rencontré le petit gars transparent et pas opaque qui visiblement a bien merdé avec mon dossier. J’avais comme un soupçon. Le voici confirmé.
– Bon, on fait quoi ? Il faut que je vous remplisse à nouveau un dossier d’indemnisation j’imagine ?
– Pas de problème, monsieur, je le sors tout de suite.
Ronron d’imprimante et revoilà le dossier qui sort. Je complète, je date et je signe.
– Dites moi c’est ennuyeux cela parce que je suis un peu fauché en ce moment et là on a perdu deux bonnes semaines…
– Non non, ne vous inquiétez pas cela va aller très vite. Je ne peux pas vous garantir de délais, mais….
– Je comprends madame .

SDIM0043
En fait je comprends que j’ai confié mon sort à un type qui m’a bien planté mais ce n’est pas de la faute à la dame alors je reste calme et poli. Souriant, je les salue et rentre chez moi. Dix minutes plus tard, le téléphone sonne :
-Bonjour monsieur, je suis la dame qui vous a reçu à Paul Emploi.
-Oui ?
-Ecoutez, en vérifiant votre dossier, j’ai vu qu’il manquait des pièces. Je vais vous envoyer un courrier.
-Euh… je peux repasser si vous voulez…
– Il manque deux attestations d’un de vos employeurs et vous avez aussi deux périodes de travail pour lesquelles nous n’avons pas reçu l’attestation Assedic .
-Je vois. Il doit s’agir des deux attestations délivrées par le Louvre qui ont été égarées par vos services. Quand au deux autres, c’est mieux d’oublier….
-Vous savez que vous pouvez réclamer ces attestations en envoyant une lettre recommandée à l’entreprise et….
-Madame, je ne vais pas vous raconter toute l’histoire, mais une de ces sociétés ne m’a jamais rempli correctement l’attestation. De plus elle a déménagé. Et lorsque j’ai remis à l’un de vos collègues la lettre le l’inspectrice du travail qui constatait que l’entreprise incriminée n’était plus à l’adresse indiquée, il l’a écarté en me disant que « l’inspection du travail ne faisait plus peur aux entreprises » et m’a conseillé de faire une fausse signature sur l’attestation afin qu’elle soit prise en compte…. Alors c’est mieux d’oublier cette boite là ( et accessoirement m’asseoir sur un calcul plus avantageux de mes indemnités ).
– Ah…
– J’attends donc votre courrier, chère Madame.
Nous sommes le 11 août. Les téléphones sonnent dans le vide. Pas évident de récupérer des doubles d’attestation en ce moment. J’espère trouver quelqu’un qui pourra me fournir ces duplicatas. J’espère que le courrier de la dame de Paul Emploi ( je vous le mets au départ dès aujourd’hui) n’est pas affranchi au tarif lent et qu’il arrivera avant le 15 août. En attendant, j’ai pas une thune et le ministre du Travail se barre au bout d’un an et demi pour retourner administrer une ville de province. On se sent parfois bien seul devant cette grosse machine… Sinon tout va bien : je ne suis pas malade et dehors il fait beau.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Une réflexion sur “SI PAUL EMPLOI M’ETAIT COMPTE

  1. Les chômeurs : des assistés… c’est bien connu.

    Je lisais ces derniers jours Paul Watson et Sea Sepherd, son organisation. Et me disais que sa façon de présenter son action me plaisait beaucoup. En substance : On ne s’occupe pas des écologistes, on ne s’occupe pas des États, on ne fait pas de grands discours ni de baratin abstrait. On sauve les baleines en s’appuyant sur la législation internationale que l’on oblige à faire respecter. Et s’il faut saboter une usine ou un bateau pour cela, eh bien, on sabote. Juste en prenant soin de ne pas blesser une personne. Et on obtient des résultats tangibles immédiats.

    Faut dire par exemple qu’ils ont saboté la moitié de la flotte baleinière islandaise et détruit l’usine de traitement de viande de baleine ! Watson remarque que 19 ans plus tard la chasse à la baleine islandaise ne s’en est pas remise tant le préjudice financier a été himalayen.

    En te lisant je me disais que nous sommes trop gentils, toujours trop gentils et que cela nous perd. Bien sûr il ne faut pas prendre cela comme une critique envers toi. Je me souviens d’une nana à qui on avait supprimé le RMI. Trente personnes sont venues avec elle pour réclamer sa reprise de droits et le paiement des mois impayés. Trente personnes bruyantes et remuantes. C’est marrant : le fait qu’ils aient dit qu’ils reviendraient et seraient bien plus méchants si le RMI n’était pas rétabli a suffit. La nana a reçu les jours suivants une lettre disant qu’on s’était trompé et qu’on versait de suite les impayés…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s