La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

DIX MILLE VISITES SUR LE RADEAU DE LA MEDUSE

2 Commentaires

SDIM0048 P1040883 P1050087 P1060343 P1090400 SDIM0049 Merci les visiteurs, les diurnes et les nocturnes, merci de vous pencher sur mes clichés et mes écrits .

Dix mille visites depuis que j’ai démarré ce blog où je m’épanche au gré de l’actualité et au hasard de mes états d’âme qui ressemblent à des montagnes russes. Un jour au septième ciel et le lendemain sous la ligne de flottaison.

Les « articles » les plus lus sont en règle générale les moins drôles. Il faut parler de chômage, de tuerie et de désespoir pour exister virtuellement. Ceci dit, écrire et photographier me permet de ne pas verser dans la violence qui règne sur la planète. Des mots et des images pour habiller la rage, des bouteilles à la mer qui s’échouent sur la toile, tout ceci est parfait, bien que très virtuel. Ce n’est pas avec cela que je vais bouffer mais si je ne le fais pas, l’ennui m’engloutira dans sa molle étreinte.
Je suis un rêveur, c’est là mon plus gros défaut mais aussi ma force.
Je ne suis ni un leader ni un meneur. Juste un solitaire sur cette terre.
Alors ces dix mille visites m’étonnent tout autant qu’elles me plaisent. Ceci dit, la vie matérielle est là et il faut que je me décarcasse pour tracer mon sillage entre tempêtes et calme plat.
Des moments de très grande solitude lorsque l’on perd des êtres aimés, des moments de très grande angoisse lorsque l’on se demande comment on va assurer pour ceux que l’on aime. Et puis, très profondément ancrée en mon for intérieur, la certitude que tout ceci finira au fond d’un trou et qu’il est important de bien vivre pleinement chaque journée de cette vie qui m’a été donnée il y a maintenant plus d’un demi-siècle.
Continuer à avancer, ne pas abandonner le navire, même si l’on a le sentiment qu’il est en train de prendre l’eau sous les assauts furieux d’une tempête d’emmerdements. Ne pas lâcher l’affaire car, envers et contre tout, je reste persuadé qu’il y a encore de beaux moments à vivre, même si l’intolérance, l’envie et la connerie sont aux commandes de l’humanité, qu’il y a encore des livres à lire, des montagnes à traverser même si l’énergie n’est plus la même que trente ans auparavant.
Ne pas perdre pied. Se cramponner. Continuer à essayer de vivre en attendant que le grand sommeil me tombe sur la gueule. Tenter de comprendre. Réfléchir même si cela fait parfois bien mal.
En attendant, merci la vie avec ses hauts et ses bas. C’est parfois étroit, souvent fatiguant mais voilà c’est ainsi et il faut faire avec.
Dix mille visites. J’en suis tout étonné. Et en même temps c’est tellement dérisoire tous ces caractères alignés à la recherche de la phrase qui tourne rond, du bon mot qui fera mouche. Fondamentalement, cela ne sert à rien.
Il ne reste plus qu’à chercher le chemin entre moins que rien et trois fois rien.
Néanmoins, je remercie tous mes visiteurs pour leurs petits messages et l’attention qu’ils veulent bien porter à mes modestes éructations.
Je ne sais pas si nous irons tous au paradis.
J’en doute fort
mais avant la mort
j’ai envie
de rire encore.
Et d’aimer.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

2 réflexions sur “DIX MILLE VISITES SUR LE RADEAU DE LA MEDUSE

  1. M E R C I

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s