La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

MAI ENCORE…

Poster un commentaire

Dans mon quartier les plus pauvres n’ont pas attendu le Premier Mai : ils vendaient du muguet dès le 30 avril. Installés avec leurs trois brins sur les trottoirs de la rue du Poteau, ils tendaient sous la bruine les odoriférantes clochettes blanches. Est ce bien raisonnable d’acheter du muguet un jour avant la tradition ? La réponse c’est que je peux dès aujourd’hui donner quelques euros pour quelques brins porte-bonheur, et ce sans attendre le lendemain. Celui qui vend est pressé de gagner quelques pièces. Au diable la tradition !

Muguet porte bonheur et l’esprit s’envole vers la chaine de l’Himalaya qui tremble, s’ébroue, s’effondre. Ici, à Paris, c’est un mal être tranquille, les particules fines, le spleen, un romantisme un brin tuberculeux ancré au pied de la Butte. Ici ce n’est pas la terre qui tremble, mais les gens.
Le soleil presque estival a disparu derrière des cieux gris et froids, porteurs d’averses soudaines, accoucheuses d’arc en ciel pour peu que le soleil parvienne à percer le plafond bas des nuages crépusculaires. Déjà le jour se barre et la nuit commence à rôder au dehors. L’ombre s’empare peu à peu du décor. Je renifle le muguet. Nantais ou pas ? Razzié dans les bois de grande banlieue ? Le parfum entêtant ne m’apprend rien sur sa provenance et, sur le fond, je m’en fiche éperdument. Assis sur mon petit balcon je pense à la folie du monde, aux montagnes qui s’écroulent, aux vagues nées du cœur des océans qui s’écrasent sur le front de mer, aux failles connues et inconnues, aux souffleurs noirs au fond des abysses, à la vie sous ses formes les plus bizarres. On en reste au même point.

_DSF6835

Dieu est candidement blanc Lucifer désespérément noir Entre d’eux, l’homme se grise

_DSF7015

Affiches métro Marcadet – Paris 2015

Veille de premier mai, défilé en mémoire aux morts de Chicago en 1886 – mais qui s’intéresse encore à ce genre d’histoire ? – Pour l’instant nous sommes en plein décompte morbide sur le toit du monde : plus de six mille morts suite à une méchante secousse du manteau terrestre. Un phénomène naturel profondément indifférent aux activités humaines qui nous remet les idées en place : la nature est plus forte que nous. Nous pouvons l’attaquer, la détruire partiellement, mais elle aura toujours le dernier mot.

En mai fais ce qu’il te plait : vends du matériel de guerre à ceux qui peuvent payer, vends du nucléaire, vote des lois pour fliquer les citoyens… Nous avons une gauche de combat qui n’hésite pas à faire des choix. Plus d’argent pour les armées afin de garantir notre sécurité. Et cet argent en plus, comme il n’y en a pas, on ira le piquer dans les fonds destinés à la santé et au logement. Nous serons donc protégés mais moins bien soignés et toujours aussi mal logés. Si, si, c’est bien un gouvernement de gauche. Enfin, c’est ce qui figure sur le flacon.

Sinon quoi ? Pas grand chose. Le capharnaüm habituel. Des faits divers sordides, des conflits plus ou moins larvés, des trucs dont on parle pendant quelques jours avant qu’ils ne s’évanouissent dans le grand océan médiatique. Le cirque habituel dans lequel nous tentons de trouver un sens à nos vies. Et encore, ici, ni bombes, ni tsunami, des magasins de bouffe plutôt bien achalandés, une démocratie un peu mollassonne mais c’est toujours meilleur à prendre qu’un prétendu ordre nouveau. Sur le fond, les beaux jours reviennent et les inclus commencent à planifier leurs vacances pendant que les exclus s’efforcent de ne pas disparaître du décor, cramponnés à leurs maigres possessions.

En mai fais ce qu’il te plait. Si tu en as les moyens.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s