La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

LES ABUS DU BUZZ – OU ADOLF HITLER ETAIT UN CHIC TYPE

Poster un commentaire

Le maitre mot du moment c’est le buzz. « Faire le buzz » est l’objectif plus ou moins avoué de tout ce qui rode sur la toile.

buzz-l_eclair

Qu’est ce donc que le « buzz » ? ( prononcez « beuze » et pas « bouse » pour ne pas avoir l’air trop plouc ). Le buzz c’est arriver à faire parler de soi, en bien ou en mal, mais que l’on parle de vous, nom d’un chien. Dans les temps reculés, le buzz n’existait pas sous sa forme actuelle. Ainsi, il a fallu des dizaines de milliers d’années avant que l’on découvre les fresques de Lascaux et on ne connaît même pas le nom du ou des graffeurs. C’est nul.

Ensuite, les premiers buzz vinrent des prophètes. Jésus fut assez bon à cet exercice et réussit à se faire connaître grâce au bouche à oreille, autrement dit le téléphone arabe ( ce qui explique en partie que le message final soit assez confus et parfois mal compris) , une performance remarquable pour l’époque. Pas de toile à l’époque et le suaire de Turin, buzz remarquable, est un « fake » ( nous aborderons cette notion plus tard).

Shroud-of-Turin-negative-image

Un sacré buzz…

Malheureusement, ce buzz là fut assez mal perçu par les autorités locales et Jésus dut entamer son chemin de croix. Ceci dit, Moïse lui s’était tapé une traversée du désert qui valait aussi son pesant de cacahouètes.

Tout ceci restant assez artisanal, il fallut attendre l’irruption des nouvelles technologies, le mulot et tout le bazar, pour que le buzz puisse enfin s’épanouir, telle une fleur vénéneuse. On s’est beaucoup moqué de Chirac et du mulot, mais faire péter une bombe atomique pour fêter son élection à la présidence est un bel exemple de buzz.

Le buzz est viral. Est ce que l’on peut pour autant considérer que faire le buzz est une pathologie ? Tout dépend de la nature du buzz. C’est comme le cholestérol : il y a le bon et le mauvais. Par exemple, si vous partagez cette chronique, c’est du bon buzz. En revanche, si vous partagez des vidéos d’origine douteuses, des informations mensongères, ou pire encore, un clip musical de David Guetta où une vidéo de Nabila sans culotte, c’est du mauvais buzz.

Comment créer le buzz ? Si vous êtes pressé, faites scandale. Ce qui est de plus en plus difficile car les limites du bon goût ont été repoussées en périphérie de notre galaxie. Quand on pense qu’au début des années 60, les Stones ou les Beatles faisaient le buzz car leur coiffure masquaient leurs oreilles, on se dit que l’époque était faste. De nos jours, même un serial killer aura du mal à s’imposer face aux snuff movies en provenance du Moyen-Orient. Nous pouvons néanmoins tenter de vous donner quelques pistes.

Pour un bon buzz, il est toujours plus efficace d’être anti-quelque chose que pro-quelque chose. Ensuite, vous pouvez toujours être pro-truc qui dérange et anti-conformiste ( dans ce cas ne manquez pas de dénoncer la « pensée unique » et le « politiquement correct »). L’indécence sera votre meilleure alliée, surtout si vous l’assaisonnez d’un zeste de mauvaise foi.

Une fois que déterminé le contenu qui fera le « buzz », ne reste plus qu’à l’habiller et à le mettre en forme. Un mensonge éhonté deviendra donc un « canular » et une contre-vérité un « cri de révolte face à la pensée unique et au rouleau compresseur des médias ». Ensuite, choisissez un titre qui arrache l’œil. L’internaute en voit passer de toutes les couleurs, alors n’hésitez pas. Plus c’est gros, plus c’est gras, mieux ca fonctionne.

Dernier point, le buzz est en général narcissique et est utilisé principalement par des gens qui veulent que l’on parle d’eux car s’ils retournaient à l’anonymat, ils seraient condamnés à une vie ordinaire, celle où l’on est pas invité SUR les plateaux télé mais où le plateau télé est sur vos genoux. Ratage total ! Bref, le buzz c’est un peu le « selfie » médiatique, une autopromotion autoproclamée, partagée et relayée par d’autres qui espère qu’en retour on va « liker » leur page. Tout cela nous amène droit dans le mur. Et pas forcement celui de votre page Facebook. Etant moi même raisonnablement narcissique, je vous invite à partager cet article.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s