La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

JOURS TRANQUILLES LOIN DE PANAME

Poster un commentaire

Le plus difficile lorsque l’on veut tenir un journal de bord en voyage, c’est de trouver chaque jour quelque chose de nouveau et de captivant pour le lecteur.

IMG_0734

En sortant de Kagoshima

Car certains jours sont bien ordinaires, pour ne pas dire banals. Des faits qui paraissaient remarquables lors des premiers voyages font partie du quotidien : on ne les remarque plus. Ou, si on les voit encore, ils semblent normaux. Ainsi le grand bordel de fils qui tissent leur toile incroyable au long des rues. On s’y est fait. Il y a dix ans, on les photographiait mais aujourd’hui on se contente de les voir sans plus.

Donc, hier, balade en voiture vers le sud, la pointe de l’archipel. D’abord on traverse les faubourgs de la ville qui sont, comme chez nous, le royaume des grandes surfaces et des zones commerciales, avec leurs restaurants « familiaux », leurs « convenience stores » (des boutiques souvent ouvertes 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, qui proposent au client un peu de tout, de la nourriture aux rasoirs en passant par la presse ), sorte de croisement hybride entre l’arabe du coin et la superette. Ensuite, la route qui longeait la mer s’enfonce dans les terres entre bambous gigantesques et sombres sapins. Des singes macaques hantent ces lieux, mais on ne les aperçoit jamais. Ceci dit, leur simple existence me laisse songeur.

IMG_0769

Pause repas dans un snack au milieu des plantations de patates douces. Les paysans locaux travaillent parfois sous de petits parasols car le soleil tape fort. Dans le snack, une partie « occidentale » offre des tables et des chaises alors que l’autre est traditionnelle. On se restaure assis sur des tatamis devant des tables basses. Comme d’habitude, au bout d’un moment, je passe d’une fesse sur l’autre pour trouver une position supportable. En vain faut il vous l’avouer.

Je ressors du restaurant avec un petit mal de bas du dos, mais par bonheur nous allons maintenant au bord de la mer pour faire trempette. Ce qui soulage un peu mes muscles de « gaijin ». Les coquillages sont la preuve que nous sommes ailleurs sur le globe, dans la zone indo-pacifique. Je ramasse quelques porcelaines qui finissent dans mon sac. Une fois secs, nous repartons vers un « unsen », un bain public typiquement nippon. L’eau, issue en direct des failles volcaniques, est le plus souvent chaude, mais on y trouve toujours un bassin bien frais, presque froid. Cool avec cette chaleur.

IMG_0802

Ce bains, autrefois mixtes, ne le sont plus depuis 1945. Les puritains yankees y ont mis fin. Hommes et femmes mijotent maintenant chacun dans leur bain. Mes accompagnatrices me quittent donc et je me retrouve nu comme un ver au milieu d’une vingtaine de nippons. On se regarde en douce. Un jeune gars, fier de son braquemart de cheval, se balade mine de rien le long du bassin en exhibant son machin. Il faut bien que jeunesse se passe. Un type m’adresse gentiment la parole mais comme je ne parle pas japonais la conversation tourne court. Je me sens comme une goutte d’huile dans un verre d’eau, ce qui au final est assez reposant. Le bavard que je suis fait ici sa cure de silence. Pas de discussions oiseuses, juste du repos, tranquille et peinard le cul dans l’eau chaude.

Le bassin, en plein air, surplombe la mer et au fond on distingue la silhouette conique d’un ancien volcan que les gens du coin nomment « le Fuji de Satsuma », du nom du clan puissant qui autrefois avait le pouvoir dans la province de Kagoshima.

IMG_0790

En contemplant le volcan depuis le bassin d’eau chaude, un semblant de paix fragile m’envahit. Pour un peu, je prendrais bien racine ici, loin de Paris. Voici ce qui peut constituer un jour ordinaire de ces vacances nippones.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s