La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

PETITS POÈMES COURTS

Poster un commentaire

15ASCENSION

Il était né

Sur le pavé

Il se pendit

Dans son grenier

 

                                                                                                 

CHUTE

Par un jour de printemps

Par un jour de grand vent

Il lui poussa des ailes

Du haut de son balcon

 

IVRESSE

Dans les bouteilles

J’entends chanter

Des souvenirs

A liquider

Paris Seine - copie 2

 LA RAGE

Un enfant sage

Regarde une belle image

Puis il arrache la page

Et dans l’armée s’engage

 

 

METAMORPHOSE                                                         244067_1358755466632_4642774_o

Un jour je me suis dilué

Au fond d’une tasse dans un café

J’étais au chaud et bien caché

Quand un client m’a renvoyé

D’un geste sec et énervé

« Garçon c’est un scandale,

Il y a une mouche dans mon café ! »

 

 

WEEK-END

Du thé et des nuages

Rien n’a changé

Toujours la même musique

Les fleurs d’acier des policiers

Bacchus au comptoir.

Dans la fumée des cigarettes

Je cherche une aventure.

Le nom de l’héroïne

S’étale au générique

Je ne veux plus être mordu

Trop tard pour défoncer les stars.

VERTIGE

Radio-Vertige cœur de banlieue

Un sourire bétonné en travers des idées

Un bol de rage avec deux pailles

Une cigarette…. Plus d’allumettes

Anti-war.5

DESABUSE

Des mots

Démotivants

Y’en a jamais eu tant

Flottant dans l’air du temps.

COLERE

Le huitième jour

Dieu s’éveilla

Et balança la Terre

A la poubelle.

L’EVEIL

Un beau matin il se leva

Une vache maigre à ses côtés

« Où est ma femme » s’écria-t-il

Puis se souvint qu’elle était morte

Et retourna à son sommeil

De cornes et de mamelles.

 

JUSTICE

Le colonel se réveilla

Pour aller interroger

Le condamné à mort.

Il enfila ses lunettes noires

Se regarda une dernière fois

Et tout compte fait

Se suicida.

TOURISTES

En vacances ils s’étalent

Tels des étrons au soleil

Prenant des couleurs

Locales et bronzées

 

PARESSE

Si j’étais courageux

Ca irait beaucoup mieux

J’ouvrirai même les yeux

Pour retrouver mon pieu.

ORDINAIRE

Par un jour ordinaire

Je quitterai la Terre

J’abandonnerai mes frères

Sans peine et sans rancœur

Par un jour ordinaire

En rêvant de la mer

Je quitterai mon corps

Embarqué par la mort

OPIUM

Orage muet d’un rêve

             Perdu dans la ville assoupie

        Ivresse fatale et solitaire

      Unissant d’un seul geste

          Mille et une nuits d’agonie

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s