La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

SAINT CLOUD PRIEZ POUR NOUS

Poster un commentaire

DSCF2126 Stockez vos données dans le nuage, à l’abri des regards… C’est la dernière invention des marchands de vent. Une connaissance, qui travaille dans le conseil informatique, m’a confié qu’un dirigeant d’entreprise lui avait expliqué qu’ « il ne comprenait pas à quoi cela servait, mais qu’il voulait néanmoins « avoir un cloud » quel qu’en soit le coût ». Le « cloud » a la cote. Rien dans la tête, rien dans les mains ni dans le serveur. Les pieds sur terre et les données dans les nuages, voici le nouveau credo  vendu aujourd’hui par les technico-commerciaux.

DSCF3062Une fois revenu à terre, on peut – au choix  -s’extasier sur les buts de l’équipe de France, se faire peur avec les méchants qui veulent installer un califat à califourchon sur l’Irak et la Syrie, conspuer les vilains grévistes de la SNCF qui empêchent les pauvres bacheliers de passer leur examen. Ajoutons à cela quelques faits divers bien crapuleux et roulez jeunesse, circulez il n’y a rien à voir.

Au sortir de cette vallée de larmes trône le « cloud ». C’est bien pratique un « cloud ». Dommage que l’on ne puisse pas y stocker les chômeurs. Et puis le « cloud » associé au « big data » ( nouvelle dénomination de Big Brother un peu trop connoté depuis 1984 ) va permettre d’en savoir un peu plus sur les goûts et les couleurs de la population connectée. Publicité « ciblée », offre spéciale obsèques pour les sexagénaires, slips chinois révolutionnaires pour têtes de noeuds, « comparez le coût des mutuelles/billets de train/d’avion/bouteilles de pinard/ etc… « . On peut tout comparer. Et sans obligation d’achat. Ca passe le temps de regarder défiler à l’écran des trucs dont on a plus ou moins envie mais qu’on ne peut pas se payer. Le blues du fauché.

DSCF4338Des heures à contempler des pages pleines de marchandises. On peut cliquer pour agrandir les photos. Ensuite il suffit de taper son numéro de carte de crédit, son cryptogramme, d’envoyer le tout dans le cyberespace et, quelque part dans le nuage, vous êtes débité. Ensuite, retour à la vraie vie, vous attendez votre livraison.

Elle n’arrive pas ? Qu’à cela ne tienne. En appelant un numéro discrètement surtaxé vous pouvez « suivre votre colis en direct ». Il est actuellement bloqué en gare de Millau. L’objet que vous avez commandé a été fabriqué en Chine, transporté par bateau jusqu’à Rotterdam et, sans aucune logique géographique, votre paquet est dans un wagon bloqué sur un quai de la gare de Millau. C’est idiot mais voilà, les circuits commerciaux sont plus impénétrables encore que les voies du Seigneur.

Vous composez donc le numéro surtaxé pour vous enquérir du sort de ce fichu paquet. Si vous avez acheté cet objet, c’est a priori parce que vous en aviez l’usage. Espérons que vous n’êtes pas trop pressé. « Pour une réclamation tapez un, pour un suivi personnalisé tapez deux, pour qu’un opérateur prenne la communication tapez trois »…. OK. Trois.  » Toutes nos lignes sont occupées, veuillez renouveler votre appel ultérieurement ». Pour taper dans la gueule, faites le….. Euh, non, on peut pas. Dommage car c’est bien de cela que l’on rêve, pouvoir claquer la gueule de ces voix lointaines qui nous invitent à appuyer sur la touche étoile après avoir rempli un formulaire virtuel qui permettra aux marchands de tout poil de nous acculer à grands coups de mails. « account vérification – no reply » chez l’un, « Voici les informations dont nous disposons : cette attaque s’est produite entre la fin février et le début mars, et s’est traduite par un accès non autorisé à une base de données des utilisateurs contenant les pseudos, mots de passe cryptés, adresses e-mail, adresses postales, numéros de téléphone et dates de naissance de nos membres. » ou encore« Découvrez qui s’intéresse à vous sur LinkedIn cette semaine ». Une autre ? « Ne perdez pas une minute si vous voulez profiter de notre promotion flash ! Pendant quatre jours seulement sur toutes les nouvelles commandes, bénéficiez de 25% de REMISE ». On s’intéressera toujours à vous dans le cyberespace. Et pour une somme modique, accédez à nos services « premium ».

DSCF5426

 

Dire qu’il y en a encore des mauvais coucheurs pour prétendre que les touches étoiles et les réponses automatisées déshumanisent notre existence alors que tous ces robots ratissent laborieusement nos mails et suivent nos adresses IP pour savoir si nous préférons le chocolat bio au chocolat éthique, la gauche à la droite, la bite ou le cul…..

 

Tant de sollicitude pour mieux nous atteindre en plein cœur de cible. Il faut être bien ingrat pour critiquer ces robots méritants qui nous pistent jusqu’au fond des chiottes sur les autoroutes de l’information. Réjouissez vous : le meilleur des mondes est là, autour de nous : « Toutes nos lignes sont occupées, veuillez renouveler votre appel ultérieurement….Vous avez demandé un emploi, ne quittez pas, vous avez demandé un emploi ne quittez pas, vous avez….. Saint-Cloud priez pour nous

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s