La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

TITANIC TA MERE !

2 Commentaires

DSCF3920 Madame Balkany promet de payer un million d’euros pour ne pas aller en prison, Glauque Néant est devant la justice, L’U.M.P se demande où sont passés dix millions d’euros, les socialistes sont des fantômes qui rament entre Jaurès et Stalingrad alors que le Front National fait un carton aux élections européennes. Sale temps pour la démocratie.

Pendant ce temps, les chômeurs chôment, les banquiers font des affaires et le fameux CAC 40 – qui s’était cassé la gueule sur la barre des 3000 points – caracole à 4400 points. De quoi se prendre une bonne grosse colère. Les medias, qui ne savent plus à quel saint se vouer, rivalisent de termes catastrophiques, du séisme au tsunami en passant par la débâcle et la Bérézina. Des images fortes et des accroches bien saignantes pour attirer le badaud.

Rassurez vous : les riches continuent à s’enrichir et la petite oligarchie planétaire se porte plutôt pas mal. Les jets privés à 40 millions – le jacuzzi est en option – se vendent bien et l’industrie du luxe, ce fleuron du génie français, pète dans la soie. La question lancinante c’est de savoir jusqu’où peut s’étirer ce grand écart avant que le peuple ne descende dans la rue pour déterrer les derniers pavés.  Mais dans la mesure où la grande majorité de l’humanité consomme consciencieusement des produits manufacturés par des esclaves – pardon, des travailleurs pauvres – ou rêve d’y parvenir, ce n’est pas pour demain. Et si révolution il y avait, on peut penser que tout est déjà prévu pour remplacer une « élite » par une autre, l’essentiel étant de ne pas laisser le pouvoir aux croquants malgré tous ces slogans politico-publicitaires promettant des lendemains rieurs pleins d’emploi, de logement, de Rolex et de mayonnaise en tube.

DSCF4070

Plus on avance, plus on voit les mêmes rouler carrosse pendant que la plèbe se contente des épluchures. Le pays s’est habitué à se réveiller avec des millions de chômeurs et une poignée de types bien installés aux commandes du zinzin. D’ailleurs, malgré la vomissure brunâtre déléguée par la France au parlement européen, il paraît que ce sont toujours les mêmes qui pilotent l’engin à Strasbourg. La Commission veille au grain et à la bonne répartition du blé.

Nous ne sommes pas les plus malheureux, me direz vous. Pensons un instant aux Centrafricains, aux Soudanais, aux Nord-Coréens et à tant d’autres qui souffrent de la folie des hommes. Ici, il y a encore à bouffer. Ici, on peut encore s’exprimer. Soit. Mais combien de temps cela pourra-t-il encore durer ? Avec l’argent consacré aux budgets d’armement de la planète, on pourrait aisément éradiquer la pauvreté et pas mal de saloperies. Mais c’est tellement plus facile de se foutre sur la gueule pour un bout de trottoir. C’est tellement plus facile de haïr que d’aimer.

L’imagination au pouvoir ? Mon cul…. Les mêmes recettes depuis des millénaires : du pain et des jeux et quand cela ne suffit plus on envoie la troupe taper dans le tas pour remettre de l’ordre. Au final que reste-t-il de décent en ce bas monde ? Une poignée de poètes maudits, quelques peintres fous. Des gens en marge. Des peuples dit « primitifs » alors que les barbares  poussent des chariots remplis de cochonneries industrielles entre les gondoles d’un hypermarché.

Grosse fatigue de voir l’humanité démolir le délicat équilibre de la biosphère pour changer de voiture. Dans ces conditions, le carton électoral d’un parti pourri n’est rien d’autre qu’un « point de détail »… Il serait grand temps de se réveiller et d’envoyer valser tout ce consumérisme qui détruit la planète pour le seul bénéfice d’une poignée de trous du cul mal centrés qui s’imaginent être les maitres du monde.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

2 réflexions sur “TITANIC TA MERE !

  1. En 1929 ils devaient penser ce que nous pensons aujourd’hui sur les hommes politiques, le rudesse du monde, l’argent roi. Et puis … La machine à faire du cash est repartie avec son lot d’innovation qui me fait aujourd’hui écrire ses lignes depuis un ordinateur personnel et téléphoner dans la rue, le bus ou le TGV grâce à un appareil que j’ai dans la poche. Sans compter les avancées médicales qui nous garantissent une existence un peu plus longue que les générations anciennes. Et ce n’est pas fini. « No future » ? Mes vieux avaient une expression pour cela  » Tu te plains d’aise ».

    • Oui les technologies font que nos vies sont moins rudes que celles de nos aïeux… Quand on y a accès. Pour le reste, le bonheur par la consommation c’est assez limité. No future ? Peut-être bien….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s