La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

DES QUEUES ET DES QUENELLES

Poster un commentaire

J’ai dû rater un épisode : il me semblait jusqu’ici que le problème principal de ce pays était le chômage de masse et ses corollaires. Pourtant, depuis quelques jours je suis contraint, à mon corps défendant, de suivre la sinistre saga judiciaire d’un ex-comique aigri qui fourgue ses quenelles avariées à qui en voudra. Personnellement, elles me font vomir et je me nourris ailleurs.  Et voici que s’ajoute à ce feuilleton minable, les supposées coucheries du président de la République. Ce brouet peu ragoutant semble faire le miel de beaucoup de monde.

1546196_735215979822713_1468921472_n

Ce n’est pas un secret : dans ce pays, on s’oppose plus souvent que l’on propose. C’est plus facile et cela n’exige pas grande réflexion. Ouvrir sa gueule est à la portée de tous, proposer des solutions intelligentes et bénéfiques pour tout le monde est d’un autre niveau. C’est probablement pour ces raisons que l’information est devenue une cacophonie plus bruyante que pertinente. Ajoutons à cela toutes les approximations et les mensonges qui circulent sur la toile et que tout un chacun peut « partager » d’un simple clic – là encore on s’exonère de toute réflexion, tel un primate de laboratoire qui appuie sur le bouton pour accéder à sa pitance, et nous avons un tableau saisissant où des « citoyens-journalistes » mettent en ligne tout et n’importe quoi, où les medias classiques, de peur de rater un scoop, diffusent des rumeurs… Les autres n’ayant rien à se mettre sous la dent font de l’info « en continu » qui consiste à passer en boucle – et ad nauseam – la même ritournelle. Vous terminez la journée avec le reportage déjà entendu au lever du jour.

Bilan des courses :  j’écoute de la musique, je lis mais n’allume plus la télévision – sauf pour regarder des DVD –  et si j’écoute la radio le matin cela tient plus du rituel que d’un réel désir d’information. Mais commencer la journée avec « les mauvais chiffres du chômage » suivis par « les bonnes performances du CAC 40 » ca me fout plutôt de mauvais poil,donc j’écoute de plus en plus de musique à la radio. Je sais juste que si on arrête la zizique pour la remplacer par l’hymne national ou des marches militaires c’est que l’heure est grave. On connaît la chanson.


DSCF6868

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s