La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

FIN DE DROITS

2 Commentaires

Fin de droits : plus rien, plus d’aide, juste un dernier droit : celui de crever doucement et en silence, mais en payant jusqu’au dernier centime le loyer, la bouffe, les impôts, les taxes directes et indirectes tout en se rongeant l’âme à se dire qu’on a pas fait les bons choix, qu’on aurait du faire plutôt comme ceci et peut-être pas comme cela… Des heures qui s’étirent à l’infini pendant lesquelles on ne sait plus que faire, où chercher, qui appeler et d’ailleurs à quoi bon tout cela ? Si l’on était seul ce serait plus simple. Il existe des « solutions » radicales et définitives à ce genre de pourrissement. Mais voilà, on est toujours entouré. Les amis, la famille, ces gens qui font que c’est plus difficile de se foutre en l’air.

Parfois la tentation est là. L’absence de perspectives – ou plus exactement l’angoisse du lendemain, fait que l’on se dit – fugitivement – mais on se le dit quand même par moment, même si c’est moche et pas constructif. Quand l’espoir de gagner sa vie s’amenuise un peu plus chaque jour, qu’au bout de plusieurs années on est toujours sur le bord et que la marge se réduit, c’est tentant d’en finir. On se dit qu’on ne le fera pas mais on se dit aussi qu’autrefois on n’y pensait pas.

Dehors, la pluie frappe au carreau. Car on est encore dedans, vaguement inclus, du moins aussi longtemps que l’on pourra payer pour un toit. En attendant, on peut toujours faire semblant, envoyer des curriculum vitae et des lettres de motivations à des robots qui répondent à toute heure du jour ou de la nuit pour nous « assurer de la bonne réception de ce courrier ». Certains prétendent qu’il en est ainsi car le monde a changé, la société a évolué et il faut faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et que sais-je encore. De façon concrète, il n’y a plus de travail pour tout le monde et la « flexibilité » consiste principalement à ne plus avoir de revenus réguliers même lorsque l’on travaille. Pour le reste, on a droit à toute sorte d’existences virtuelles sous peudonymes, on peut blogguer , twitter…. Le règne des avatars.

Il existe pourtant un certain nombre de choses non négociables, voire inflexibles : les factures d’énergie, le cout du logement, de la nourriture, des vêtements et des transports pour ne citer que les dépenses dites « incompressibles ». Etre en fin de droits et sans emploi ne dispense pas de ces dépenses. Comment fait on ? Personne n’a vraiment envie de se pencher là-dessus, personne n’a envie de soulever le couvercle. Cela ne se fait pas. Et chacun de s’enfoncer dans la mouise, avec ou sans enfants, avec ou sans amis, jusqu’au jour où – dans la merde jusqu’au cou, on lâche la rampe d’une manière ou d’une autre.

Dans ce monde nouveau, il y a les gagnants et les perdants. Dans ce monde nouveau on est plus « demandeur d’emploi » mais « candidat ». Dans ce monde nouveau, on ne veut plus écouter les voix des plus démunis, repoussés aux lisières des quartiers sensibles par des technocrates gavés de statistiques et insensibles à la réalité. Dans ce monde nouveau les riches deviennent encore un peu plus riches et les pauvres un peu plus nombreux. Et nous sommes censés trouver tout ceci normal. Dans ce monde nouveau, je sens monter une odeur brune et pestilentielle. Fin de droits.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

2 réflexions sur “FIN DE DROITS

  1. fin de droits– bouleversant. pourquoi ne pas l’envoyer comme « letter to the editor » aux journaux…? Others need to read this!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s