La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

HUMEUR

Poster un commentaire

09

Les quais pourris de pluie et cette fille aux yeux de quelle couleur déjà
Trop froid trop noir les jours trop courts et la lumière a foutu le camp.
Si j’étais une route j’irais au bout du monde.
Si j’étais un chemin je serais sans lendemain.
Je ne suis qu’un homme que le destin dégomme.
J’inscris ma vie dans le ciel gris
En quête d’un passage pour écouler ma rage
Ce bouillonnement nerveux où s’abreuvent mes chimères.
Musique synthétique pour refouler l’ennui, décibels furieux pour écarter les curieux.
Dehors c’est déjà mort la déconfiture du futur la lueur blême des postes de télé

des chaines des grilles et ce présent pesant de nullité.

Pourtant dans les chansons à la con le ciel est toujours bleu même lorsqu’il pleut et qu’un fantôme fragile se penche vers moi pour me parler d’hier.

Finie l’errance, finis les rêves et le réveil est rude
Demain l’underground six pieds sous terre
Avec des fleurs à la Toussaint.

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s