La plume dans l'oeil

des mots et des images pour habiller la rage

LITTERATURE ALIMENTAIRE

Poster un commentaire

DSCF1479

Cinq fruits par jour !

 Tout était calme dans la boulangerie-pâtisserie quand un bâtard bien blanc posé à l’extrême droite du présentoir bouscula un congolais qui n’avait pas salué une religieuse. Un gland hurla que « c’était un peu fort de café », un divorcé voulait « faire marcher tout le monde à la baguette » pendant qu’un vieux baba cuvait son rhum en chialant comme une madeleine et voulait mettre de l’ordre avant l’arrivée du boulanger, une bonne pâte qui parfois avait du mal à se lever…

A la base c’était surtout une histoire de blé. Ceux qui s’étaient fait rouler dans la farine trouvaient que ce n’était ni du gâteau ni de la tarte et que tout cela manquait de son.
Vous voulez un pain aux céréales ?
Non, aujourd’hui j’ai envie de m’éclater , donnez moi plutôt un pain de plastic...

Le boulanger faisait la gueule. Déjà qu’il avait pas aimé le coup du bâtard bien blanc à l’extrême droite. Comme j’avais pas un radis il m’a filé un pain en pleine poire. J’étais dans les choux comme ces cornichons dans les navets à la télé. En mon for intérieur, quelque chose en moi hurlait : « cours ! jette! » mais je n’avais plus la frite pour chouraver ou carotter. Le raisin pissait de mon blair et ca tournait vinaigre. J’avais peur de prendre un pruneau, mais une aubergine qui passait par là appela les poulets. Quand j’ai ramené ma fraise, ils m’ont emballé en disant qu’on allait me sucrer mes allocations fromage ET dessert et que j’avais intérêt à me mettre à table. Ils m’ont filé des tartes et au fond du panier à salade je me sentais comme un légume en voie de radicalisation.

Pendant ce temps, dans la boulangerie, un financier s’inquiétait de l’avenir des croissants, avec ou sans beurre : « il y a de moins en moins de galette, disait il, faut faire vite si on veut s’en payer encore une tranche ». C’était la fin des haricots, sauf pour les fayots et les huiles, les seuls à pouvoir encore tailler une bavette. Les autres, à la portion congrue, attendaient, bien beurrés, qu’on les fasse revenir. Ils poireautaient en rangs d’oignon et se faisaient du sushi pour le futur. A la louche, on estimait que les vieux sucraient les fraises en attendant la mise en bière, mais que les jeunes n’étaient pas assez mûrs. L’addition risquait d’être salée.

Sans en faire tout un plat, il y avait de quoi se mettre la rate au court-bouillon. On utilisa alors la vieille recette : laisser mitonner dans leur jus ceux qui n’étaient pas dans leur assiette et les faire réduire à feu doux. Les pauvres gars en avaient ras le bol de compter pour du beurre après avoir été pressés comme des citrons. On leur demandait de mettre les bouchées doubles et d’appuyer sur le champignon au moment où ils restaient en carafe.

Le pire c’est que ceux qui faisaient leurs choux gras de la situation et vivaient comme des coqs en pâte se trainaient presque tous des casseroles, ce qui ne les empêchait pas de se prendre pour le gratin de la société, même lorsqu’il se faisaient griller. Jusqu’ici ils avaient eu le cul bordé de nouilles, mais ils commençaient à marcher sur des œufs et cherchaient à qui refiler la patate chaude.

Une chose était certaine : on n’était pas sorti de l’auberge et c’était toujours les mêmes qui se prenaient le bouillon parce qu’ils n’avaient pas de bol !

Publicités

Auteur : Riccardo

Quand j'avais quinze ans c'était "peace and love". Quand j'avais vingt ans on gueulait "no future". Maintenant que j'ai passé le cap du demi-siècle cela m'ennuie un peu de constater que nous fonçons droit dans le mur... Après "no future" c'est quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s